Le site photo de Jean-Jacques MILAN

Annales  -  Emploi, chômage

--ooo000ooo---

 

 

 

 

16 février 2021 -  HONTE !!  Bridgestone ferme sans tambour ni pneus brûlés  Rapports de force  >>>>>

Sept à huit mois séparent l’annonce de la probable fermeture de l’usine de pneumatiques Bridgestone de Béthune à la sortie de l’été dernier, avec la fin effective de la production. Le 3 mai prochain, 863 emplois auront disparu sans que cela fasse la une des journaux ou mette le gouvernement en difficulté.

Une fermeture en un temps record, peu de vagues et un gouvernement qui peut respirer. Vendredi 12 février, la totalité des organisations syndicales du site Bridgestone de Béthune a validé l’ensemble des mesures sociales d’accompagnement et signé la version définitive du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) présentée par direction. Il aura fallu 32 réunions de négociation pour y parvenir. Cette signature entérine la suppression de 863 emplois annoncée par le fabricant de pneumatiques cinq mois plus tôt. Et son effet est presque immédiat : la production prendra fin le 2 mai 2021.

La question du remboursement de près de 4,5 millions d’euros d’argent public, CICE inclus, n’est pas dans le paysage.

 

 

 

-------------------------------------------------

 

 

6 juillet 2020 -  HONTE !  Les caissières : hier « héroïnes », aujourd'hui flouées malgré les profits de la grande distribution  >>>>>

La grande distribution affiche de confortables profits, réalisés en particulier grâce au dévouement de leurs employés de caisse. Certaines grandes enseignes ont cependant décidé d’accélérer leur remplacement par des caisses automatiques, et les promesses de primes à 1000 euros n’ont pas vraiment été tenues. Enquête.

 

 

22 juillet 2020 -  HONTE !  Emploi des jeunes : Castex subventionne le patronat pour des boulots précaires et mal payés !  >>>>>

Macron et Castex annoncent multiplier les mesures pour « sauver l’économie ». Le gouvernement chercherait à présent à rassurer les jeunes. C’est original, les mesures prises pour « favoriser l’insertion sur le marché du travail » sont une main tendue, et pleine de cadeaux, au patronat. 

 

 

4 octobre 2020 -  «  Assistés, fainéants, fraudeurs »,

les chiffres qui démolissent les clichés sur les chômeurs  >>>>>

Vous en avez marre de votre oncle qui vocifère sur les chômeurs à chaque repas de famille. Votre voisin de bureau vous exaspère à déblatérer ânerie sur ânerie sur les demandeurs d’emplois. Vos amis vous ressortent les clichés les plus affligeants sur les personnes inscrites à Pôle emploi. Rapport de force vient à votre secours. Nous vous proposons un petit guide pour dézinguer les idées toutes faites et changer le regard sur le chômage et les chômeurs.

 

 

17 octobre 2020 -  Territoires zéro chômeur : quand les profils cabossés retrouvent une vie « normale »  >>>>>

Le Sénat a validé ces jours-ci l’extension de l’expérimentation des « territoires zéro chômeur de longue durée ». À Thiers, les participants à ce programme retrouvent l’emploi au travers d’actions solidaires, d’économie circulaire et d’activités liées à la transition écologique.

 

 

23 octobre 2020 -  HONTE !!  Fourberies patronales dans l'informatique : la recette d'ESI  >>>>>

Besoin de simuler informatiquement un accident de voiture, d’avion, voire de centrale nucléaire ? C’est l’entreprise ESI, leader du prototypage virtuel en France qui s’en charge. Avec 320 salariés en France et 1200 dans le monde, la petite multinationale française dont les clients sont Airbus, Boeing, ou encore de nombreux constructeurs automobiles, se porte bien malgré la crise économique. « ESI n’est pas victime de la Covid, toutes les parts de marché ont été conservées pour 2021 », a même déclaré sa directrice générale. Comment expliquer dès lors que la direction d’ESI ait annoncé le 5 octobre qu’elle se débarrasserait de 9 salariés pour des raisons économiques ?

 

 

17 novembre 2020 -  HONTE !!  Carrefour : chômage partiel pour les salariés,

gros dividendes pour les actionnaire>>>>>

Le groupe Carrefour France vient de mettre 90 000 de ses 110 000 salariés au chômage partiel, payés sur fonds publics, alors qu’il a versé 183 millions d’euros de dividendes à ses actionnaires. Un scandale dénoncé par plusieurs organisations syndicales et politiques.