Le site photo de Jean-Jacques MILAN

Annales  -  Mouvements sociaux - Répression

---ooo000ooo---

 

 

 

Citation d'Ambroise Croizat

 

 

 

Quelques descripteurs pouvant être recherchés dans cette page (contrôle F - voir aussi les mots de la même famille !) :

 

Voir aussi :

-    -    -

 

 

 

 

 

19 février 2021 -  Malgré la menace d’expulsion, la Zad de Gonesse prend racine  Reporterre   >>>>>

Malgré les échéances judiciaires imminentes sur le devenir de l’occupation, la jeune Zad du triangle de Gonesse, en région parisienne, continue de grandir. Ses habitants, qui s’opposent à la construction d’une gare au milieu des champs, se préparent à tenir dans le temps. Et veulent continuer de lutter, quoi qu’il en soit, si la police venait les déloger.

 

 

18 février 2021 -  HONTE !!  Comment Amazon trafique les feux rouges pour contrer les syndicats  Slate  >>>>>

Tous les coups sont permis, même les plus vicieux.

 

 

10 février 2021 -  HONTE !!  "Climat d’insécurité globale" : le rapport accablant d’Amnesty International sur la répression des manifestants   Révolution permanente  >>>>>

Dans son enquête du 8 février intitulée “Climat d’insécurité globale” Amnesty International revient sur la manifestation qui s’est déroulée à Paris le 12 septembre 2020 contre le projet de loi de Sécurité globale. L’ONG s’en prend aux arrestations et aux détentions qui y ont été effectuées et les désigne comme de véritables “violation[s] du droit à la liberté et à la sûreté de la personne”. En effet, sur 142 personnes interpelées, “80% ont été relâchées sans poursuite”.

 

 

8 février 2021 -  HONTE !! 

Journal «Die Welt» : Le gouvernement allemand a commandé à des scientifiques des projections alarmistes pour justifier des mesures répressives !  Exoportail  >>>>>

« Die Welt », le grand journal allemand, vient de jeter un pavé dans la mare au Covid-19. Il apporte la preuve que le ministère de l’Intérieur allemand avait commandé à des  scientifiques des projections de mortalité alarmistes (jusqu’ 1 million de morts, à comparer aux 400 000 de Macron à l’automne dernier…) pour justifier « des mesures préventives et répressives » (sic). Projections « secrètes » que le ministère a opportunément fait fuiter vers la presse pour apeurer la population. La révélation du scandale pourrait bouleverser la politique sanitaire allemande et conduire à une levée de nombreuses restrictions au plus tard avant Pâques et non pas au plus tôt après Pâques.

 

 

8 février 2021 -  Les Danois manifestent contre le passeport vaccinal et les restrictions  Sott, vidéo 1 min 15  >>>>>

A l'appel des Men in Black, des centaines de Danois se sont rassemblés devant le Parlement à Copenhague pour protester contre la mise en place d'un passeport numérique de vaccination et le semi-confinement, dans le contexte de la crise du Covid-19.

 

 

4 février 2021 -  « Croizat mérite la reconnaissance de la nation » - Entretien avec Pierre Caillaud-Croizat  lvsl  >>>>>

À l’initiative de L’Humanité, une trentaine d’élus, de syndicalistes et d’intellectuels ont interpelé Emmanuel Macron afin qu’Ambroise Croizat, ministre du Travail à la Libération et « père » oublié de la Sécurité sociale, entre au Panthéon. Pierre Caillaud-Croizat, porteur de la mémoire de son grand-père, a accepté de répondre à nos questions sur cette pétition, et plus largement sur l’histoire et la mémoire du seul ministre du Travail français à avoir été ouvrier. Entretien réalisé par Léo Rosell.

 

Pierre Caillaud-Croizat
Pierre Caillaud-Croizat, lisant le numéro spécial de L’Humanité
pour le 120e anniversaire d’Ambroise Croizat, le 28 janvier 2021.

 

 

3 février 2021 -  HONTE !!  « Les jeunes cherchent du commun, pas à être reclus » : les étudiants révoltés par l’indifférence du gouvernement  bastamag  >>>>>

Isolés dans leur chambre, coincés entre leur écran d’ordinateur et leur plaque de cuisson, les étudiants ont décidé de se faire entendre. Reportage à Lyon, ville marquée par deux tentatives de suicides.

« Des miettes ! ». C’est la première réaction de Craig, lorsque l’on évoque les annonces du gouvernement fin janvier censées venir en aide aux étudiants. « On a des étudiants qui se tuent ! » alerte le Lyonnais qui anime le comité de lutte Lyon 2-Bron, une organisation syndicale étudiante. Les deux tentatives de suicide d’étudiants dans cette ville ont marqué celles et ceux qui marchent, ce 26 janvier, à l’appel des personnels de l’Éducation nationale.

 

 

29 janvier 2021 -  Livreurs : ils établissent un rapport de force dans la lutte contre les plateformes  Rapports de force  >>>>>

La lutte contre les plateformes s’amplifie depuis l’automne. Mais il reste compliqué de faire plier un employeur quand ce dernier refuse de se considérer comme tel. Des trottoirs des MacDo aux sièges de l’assemblée en passant par les bancs des tribunaux, les livreurs et leurs alliés multiplient les actions pour tenter de contre balancer la toute puissance des plateformes. État des lieux de leur lutte.

Trois jours de blocage. Trois jours à se les peler devant l’entrée des McDo, des Burgers Kings et autres restos de sushi. Trois jours qui ont paru une éternité à Mavzer Tasdelen, gérant du restaurant l’Istanbul de Reims : « C’est simple, on a dû perdre quelque chose comme 90% de notre chiffre d’affaires sur le weekend. Les livreurs ont mis la restauration de la ville à l’arrêt. »

Du 22 au 25 janvier, les livreurs Deliveroo et Uber Eats de Reims ont cessé de travailler et manifesté devant l’entrée des restaurants rémois. « C’est assez simple de mettre les restos à l’arrêt car ils sont pratiquement tous sur la même place. La grève à été bien suivie du côté des livreurs, pas grand monde ne travaillait », raconte Lucas* qui a participé au mouvement. « Les rassemblements devant les restos dissuadent aussi les livreurs non grévistes de bosser. Ceux qui veulent livrer expliquent qu’ils ont besoin d’argent, les autres leur répondent qu’il faut justement faire grève pour augmenter le prix des courses. Chacun défend son point de vue et il y a parfois des tensions », commente de son côté Mavzer Tasdelen.

 

 

29 janvier 2021 -  Entre sentiment d’être « bâillonné » et peur de la prison, les interdictions de manifester étouffent le mouvement social  Basta Mag  >>>>>

Depuis le mouvement des Gilets jaunes, les peines d’interdiction de manifester se sont multipliées. Le dispositif s’ajoute à un arsenal de plus en plus fourni pour empêcher les rassemblements et la contestation sociale. Témoignages.

 

 

27 janvier 2021 -  Caméra cachée dans un resto Sodexo Essentiel  SOS non essentiels, vidéo 3 min 12  >>>>>

‼️Pourquoi sommes-nous interdits d’ouvrir nos restaurants quand ce genre d’endroit reçoit plusieurs centaines de nos clients potentiels chaque jour ‼️
🆘Pourquoi laisser mourir nos petits ou moyens commerces pour laisser la place aux mastodontes, aux groupes🆘

⚠️Ici chez Sodexo Carros, au Restaurant L’industrie, nous sommes bien loin des règles drastiques imposées et respectées lors de nos réouvertures en juin dernier.
Ici on rentre, déjeune, et partage comme dans un moulin. C’est ouvert à tous❗️
Plusieurs centaines de couverts par jour et pourtant !
Pas d’agent d’accueil, de sécurité, prenant l’identité des convives, ou faisant respecter le port du masque et le reste.
Nous ne travaillons pas dans le secteur mais sommes venus en touristes de Fréjus.
Ici il n’est imposé à personne de mettre du gel seul un flacon est posé à l’entrée libre à chacun d’en faire usage.
Ici pas de cheminement obligatoire, pas de distanciation d’un mètre.
Ici libre à toi de te promener, de te servir.

Nous nous sommes pliés aux règles strictes imposées par l’état et pourtant nous sommes privés de travail.
Pourquoi ?
Nous sommes prêts ! Laissez nous rouvrir !

 

 

27 janvier 2021 -  Black-out médiatique : les bars et restaurants italiens désobéissent aux règles et ouvrent ensemble dans un acte de désobéissance civile  Brujitafr  >>>>>

Ce qui s’est passé : Malgré l’absence de couverture médiatique, les gens commencent à prendre conscience de ce qui semble être une campagne de désobéissance civile de masse en Italie contre les mesures de confinement (#IoApro). On estime que 50 000 bars, restaurants et autres commerces défient les ordres du gouvernement et restent ouverts au public, ensemble. Nous ne pouvons pas confirmer le nombre exact.

Le journaliste britannique Damian Wilson écrit : “si l’on en croit le nombre de 50 000 établissements actuellement à bord, il s’agit d’un mouvement qui s’amplifie de jour en jour”.

EuroNews est l’un des rares médias à offrir une couverture sur place.

 

 

23 janvier 2021 -  Partout des grèves  Rapports de force  >>>>>

Elles ne font pas la une de l’actualité, pourtant un peu partout des salariés sont en lutte. Ici contre un plan social, là pour des augmentations de salaire ou pour une reconnaissance de leur travail. Cette semaine, nous les mettons à la une, avant l’investiture de Joe Biden ou le début des débats parlementaires sur la loi « séparatisme ».

 

 

23 janvier 2021 -  HONTE !!  « Tout le monde craque » : les jeunes activistes du climat sonnés par le Covid  Reporterre  >>>>>

Rebelles d’Extinction Rebellion, décrocheurs de portraits d’Alternatiba, membres de Youth For Climate : les jeunes activistes du mouvement climat n’échappent pas à l’effet Covid. Si leur engagement leur garde la tête hors de l’eau, ils souffrent de l’absence de liens réels, du manque de visibilité et de la patience de rigueur quand l’urgence taraude.

Ils pourront se passer de boîte de nuit : ils ont les réseaux sociaux. C’est ce qui s’est dit trop longtemps à propos des jeunes, étudiants, travailleurs, confinés « pour les vieux » de mars à mai, accusés de propager le Covid en abusant des apéros cet hiver. Ce serait un peu « de leur faute », le couvre-feu à 18 heures généralisé à tout le territoire le 17 janvier pour enrayer la troisième vague de l’épidémie. Mais pour la plupart, c’est le coup de massue : autant ils pouvaient pendant le confinement sortir prendre l’air au moment de leur choix, autant avec ce couperet qui tombe à la fin de leurs cours en ligne, nombreux ne voient plus la lumière du jour.

 

 

16 janvier 2021 -   Le maire de Saint-Brieuc refuse de mettre en place le couvre-feu à 18 heures : "On ne va rien changer"  Franceinfo  >>>>>

Hervé Guihard dénonce une absence de concertation de la part du gouvernement alors que la mesure est en vigueur depuis samedi sur tout le territoire métropolitain.

Depuis samedi 16 janvier, toute la France métropolitaine est soumise à un couvre-feu à 18 heures pour lutter contre la propagation du Covid-19. Toute ? Non. Car le maire de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), Hervé Guihard, l'assure : dans sa commune, "on ne va rien changer". Il s'explique, samedi sur franceinfo : "On va continuer à ouvrir les écoles, les crèches, les centres de loisirs, les centres d'accueil jusqu'aux horaires classiques. Parce que sinon, ce sont toujours les plus défavorisés qui trinquent."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 juin 2018 -  Connaissez-vous Fred Sochard, cet artiste fils de cheminot qui colore nos luttes ?  >>>>>

Vous aurez sans doute aperçu ses affiches colorées aux abords d'une manifestation ou sur votre fil d'actualité Facebook, ses dessins aux mille facettes, intransigeants avec Macron et son monde au service des riches, soutenant inlassablement ceux qui résistent, qu'ils soient cheminots, migrants ou palestiniens. Lui, c'est Fred Sochard, artiste résolument engagé du bon côté de la barricade. Ses affiches nous ont tapé dans l'oeil, alors la curiosité nous a piqué, et nous avons cherché à savoir qui pouvait bien se trouver de l'autre côté du crayon, pour dépeindre avec autant de justesse ces colères que nous partageons et l'espoir que suscite chacune de ces luttes.

 

7 octobre 2018 -  Le réseau 5G utilise les mêmes ondes EMF que le «système de contrôle de foule» du Pentagone  Exoportail  >>>>>

Le déploiement mondial de la 5G est en marche, et nous pourrions bientôt voir de nouvelles petites tours de téléphonie cellulaire à proximité de toutes les écoles, dans toutes les rues résidentielles, dispersées dans l’environnement naturel et un peu partout. Mais la sécurité de cette technologie est sérieusement remise en question, et il y a une bataille acharnée pour arrêter la mise en œuvre de la 5G financée par les contribuables : 

 

 

30 décembre 2018 -  « (Macron) est un gredin, un voleur, un criminel ! » Étienne Chouard - Les Incorrectibles   (vidéo, 53 min 45)  >>>>>

Vous êtes pour une 6ème république ??? Non, je suis pour une première démocratie !!! Étienne Chouard

Le Professeur de droit et d'économie, blogueur et militant politique, Étienne Chouard était l'invité d'Eric Morillot dans #LesIncorrectibles sur Sud Radio.

 

5 avril 2020 -  CONFINÉS :  Comment le coronavirus a réveillé l'intelligence collective mondiale   >>>>>

 

6 avril 2020 -  Confinés, les Français agissent à la place de l’État  >>>>>

 

14 avril 2020 -  Confiné mais pas abattu, le mouvement social s'organise  >>>>>

 

 

14 mai 2020 -  Pourquoi le capitalisme néolibéral a besoin d’un État autoritaire et répressif  >>>>>

De la répression des gilets jaunes à la gestion de la crise du coronavirus, Emmanuel Macron s’impose de plus en plus comme le champion d’un libéralisme autoritaire. Deux essais, “Il faut s’adapter” de Barbara Stiegler et “La société ingouvernable” de Grégoire Chamayou, nous aident à comprendre pourquoi les élites libérales ont besoin de l’État.

En septembre 2015, au festival du Monde, alors qu’il est encore ministre de l’économie, Emmanuel Macron vante le libéralisme comme une “valeur de gauche”. Trois ans plus tard, le président manifeste bien peu de volonté pour illustrer cette assertion : il a enchaîné les réformes par ordonnances (loi travail, réforme de la SNCF, loi santé…), accouché de la loi asile et immigration, tournant historique en matière de répression des étrangers et, plus récemment, fait passer par la force de l’article 49.3 l’impopulaire réforme des retraites – deux semaines avant le début du confinement.

 

10 juin 2020 -  La deuxième vague est celle de la colère  >>>>>

 

 

18 juin 2020 -  Le capitalisme sur le fil du rasoir  >>>>>

Le gouvernement français a géré la crise en évitant soigneusement toute forme de contrôle démocratique, parlementaire ou institutionnel. Il a préféré l’infantilisation des citoyens, couplée à une répression très caractéristique du néolibéralisme autoritaire qui est celui de Macron. Mais les aspirations au changement pourraient elles aussi se déconfiner, et c’est d’ailleurs ce que redoute ce gouvernement. C’est dans cette volonté de reprendre le contrôle que réside la possibilité de voir se former un nouveau bloc social capable d’imposer des transformations radicales.

 

 

6 juillet 2020 -  HONTE !  Les carpettes du patronat  >>>>>

 

10 juillet 2020 -  HONTE !!  En Allemagne, procès extrême contre un antinucléaire poète et maraîcher : le militant Loïc Schneider condamné à 3 ans de prison  >>>>>

Vendredi 10 juillet s’est tenu le procès de Loïc Schneider, un militant poursuivi pour des dégradations survenues lors des manifestations contre le G20 à Hambourg, en 2017. Il a été condamné à trois ans de prison ferme, mais a fait appel et reste libre jusqu’au nouveau procès.

Voici ce qu’il y a quelques mois Loïc Schneider avait écrit : « Après un an et quatre mois d’enfermement, comment assembler les mots ? Comment connecter la réalité carcérale à la zone du dehors, briser le mur qui le sépare ? En prison, je me suis effacé, je n’ai plus pensé à moi. J’ai fait le vide afin de ne pas souffrir. Je me suis également fermé à mes souvenirs, à ce qui se passe au-delà de ces murs afin de me concentrer sur cette nouvelle vie avec les autres détenus. Ce fut une des raisons pour laquelle j’ai eu peu de forces pour répondre aux nombreuses lettres reçues. Aujourd’hui, je remarque que je ne ressens plus grand chose, que je n’ai plus de passion (si ce n’est la neige). Il y a un vide. Mon esprit est ailleurs. Une nouvelle conception de temps m’habite, j’ai des moments de contemplations, de silences, d’absences. »

 

12 juillet 2020 -  Luttes de classe à l'entrée du confinement, à sa sortie et à venir, par Jacques Chastaing  >>>>>

 

3 août 2020 -  Manifestation réussie malgré les violences policières  [en Allemagne]  >>>>>

 

20 août 2020 -  HONTE !!  Monde du travail : une vague de répression depuis la fin du confinement  >>>>>

 

25 août 2020 -  Infos pour les mouvements sociaux : ce que vous avez peut-être raté cet été  >>>>>

 

28 août 2020 -  HONTE !!  La Turquie laisse mourir une quatrième gréviste de la faim depuis le printemps  >>>>>

Le régime de Recep Erdogan qui avait engagé une féroce répression après la tentative de coup d’État de juillet 2016 continue d’emprisonner à tour de bras au motif supposé d’appartenance à un groupe terroriste. Journalistes, avocats, militants de gauche ou Kurdes, artistes, elles et ils sont des dizaines de milliers à croupir dans les geôles turques. Jeudi 27 août, Ebru Timtik, une avocate condamnée à 13 ans de prison en Turquie est morte après 238 jours de grève de la faim.

 

28 septembre 2020 -  Le Covid ne doit pas étouffer nos luttes »  >>>>>

Samedi 26 septembre, répondant à l’appel des collectifs Youth for Climate, Extinction Rébellion et Désobéissance écolo Paris, des militants climatiques ont occupé la place Saint-Marthe et les rues attenantes. Ils ont tenu à rappeler que la crise sanitaire n’avait pas mis en pause le changement climatique.

 

29 septembre -  HONTE !!  La France « harcèle ses manifestants » dénonce Amnesty International   >>>>>

Dans un rapport au titre explicite : Arrêtés pour avoir manifesté, la loi comme arme de répression des manifestants pacifiques en France, l’ONG Amnesty International montre comment certains outils judiciaires ont permis de

« condamner arbitrairement » (selon ses mots) un certain nombre de manifestants.

 

9 octobre 2020 -  À Bure, une « semaine antinucléaire » festive et militante revigore les luttes  >>>>>

Armes nucléaires, Cigéo, mines d’uranium ou questions de genre...

Depuis le 5 octobre, à Bure dans le sud de la Meuse, une centaine de militants réfléchissent, partagent leurs luttes et font la fête à l’occasion d’une « semaine antinucléaire ».

 

10 octobre 2020 -  Agir malgré le Covid-19  >>>>>

Le Covid-19, un tueur de mobilisation ? Pas complètement. Pour ce sixième Récap Hebdo, nous commençons notre résumé des informations de la semaine par toute une série de manifestations et de grèves qui ont eu lieu depuis le week-end précédent.

 

12 octobre 2020 -  Encore un week-end festif au commissariat de Champigny-sur-Marne  >>>>>

Deux solutions suggérées mais le gouvernement en a choisi une troisième : interdire la vente des mortiers d'artifice. Inefficacité garantie sur les sources du problème, on est marchand d'illusion ou on ne l'est pas !

 

 

19 octobre 2020 -  La petite clinique qui a fait plier Ramsay  >>>>>

Le personnel de la clinique psychiatrique nantaise n’en revient pas d’avoir tenu si longtemps, et d’avoir fait plier le groupe australien Ramsay.

 

22 octobre 2020 -  HONTE !!    Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force    >>>>>

Jeudi 15 octobre, Facebook a retiré tous les articles provenant du site Rapports de force et postés sur sa plateforme depuis trois ans et demi. Sur notre page, mais également sur l’ensemble des murs des personnes ayant partagé nos productions. Depuis, impossible de publier sur Facebook quoi que ce soit, par qui que ce soit, en provenance de notre site internet, malgré nos protestations et demandes d’explications.

 

 

23 octobre 2020 -  HONTE !!  Fourberies patronales dans l'informatique : la recette d'ESI  >>>>>

Besoin de simuler informatiquement un accident de voiture, d’avion, voire de centrale nucléaire ? C’est l’entreprise ESI, leader du prototypage virtuel en France qui s’en charge. Avec 320 salariés en France et 1200 dans le monde, la petite multinationale française dont les clients sont Airbus, Boeing, ou encore de nombreux constructeurs automobiles, se porte bien malgré la crise économique. « ESI n’est pas victime de la Covid, toutes les parts de marché ont été conservées pour 2021 », a même déclaré sa directrice générale. Comment expliquer dès lors que la direction d’ESI ait annoncé le 5 octobre qu’elle se débarrasserait de 9 salariés pour des raisons économiques ?

 

23 octobre 2020 -  IN MEMORIAM  Maurice Rajsfus, historien de la répression : « J’ai toujours été un emmerdeur »  >>>>>

Bien avant l’ère des smartphones, des réseaux sociaux et des vidéos témoignant de violences policières, Maurice Rajsfus a dédié sa vie à documenter les brutalités et les exactions de la police, souvent dans l’ombre, parfois dans l’indifférence du plus grand nombre. Celui qui se définissait comme un « historien de la répression » est décédé le 13 juin 2020 « après un combat inégal de six semaines contre la maladie » . « Nous poursuivrons ses combats pour la justice et l’émancipation. Ami, ta rage n’est pas perdue ! », avaient annoncé les éditions Libertalia avant d’organiser le 4 juillet dernier une journée en son honneur à la Parole errante à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

 

 

28 octobre 2020 -  En Allemagne, les soignants arrachent 8,7 % d'augmentation de salaire  >>>>>

« Applaudir ne suffit pas. » Avec cette formule, le syndicat Verdi soulignait, depuis plusieurs semaines, l’hypocrisie d’une situation où les personnels soignants, en première ligne dans la pandémie du coronavirus, étaient payés en remerciements citoyens, toujours bons à prendre, mais pas en reconnaissance au bas de la fiche de paie. L’organisation syndicale, qui compte plus de 2 millions de membres, a finalement obtenu gain de cause.

 

 

2 novembre 2020 -  ZAD, recours juridiques, médias... Quelles tactiques pour peaufiner une lutte locale ?  >>>>>

Les 24 et 25 octobre dernier, plusieurs collectifs se sont réunis — dans la joie — pour partager leurs expériences et lancer l’ébauche d’un réseau de luttes locales. « Il y a une démultiplication des foyers de résistance », s’est réjoui un participant.

 

 

10 novembre 2020 -  HONTE !!  Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison  >>>>>

Occuper son université, bloquer un conseil d’administration, faire débrayer son amphithéâtre sera potentiellement passible de 3 ans de prison et de 45 000 € d’amende. C’est une des surprises de la fin du processus législatif de loi de programmation de la recherche (LPPR).

Une arme de destruction massive contre les mouvements étudiants à venir. En effet, l’introduction d’un tel délit pour les établissements scolaires en 2010 avait conduit à l’affaire du Lycée Bergson et à la poursuite d’une vingtaine de lycéens et d’étudiants. Une situation qui pourrait se reproduire et devenir la norme. Car, à moins que le gouvernement autorise un amendement revenant sur cet article, le texte sera voté définitivement en l’état par les deux chambres, probablement la semaine prochaine.

 

 

16 novembre 2020 -    Le monde d'après s'appelle Révolte    >>>>>

Qu’ils sont loin, les rêves du « monde d’après ». Aujourd’hui, tout est redevenu comme avant, en pire. Ecologie et justice sont oubliées, alors que le pouvoir réprime de plus en plus durement la jeunesse, tout en bouchant son avenir. Sous le couvercle du confinement, la colère bouillonne.

 

 

 

20 novembre 2020 -  HONTE !!  « C’est l’horreur absolue qu’un citoyen, en France,

ait la main arrachée alors qu’il manifestait »  >>>>>

Ils sont cinq. Quatre sont ouvriers, un est étudiant. Ils ont entre vingt et cinquante ans. Ils habitent à Tours, Argenteuil, dans la Sarthe ou en Gironde. Un point commun les a réunis : ils ont tous participé aux manifestations des gilets jaunes, parfois la première manifestation de leur vie, et y ont perdu une main suite à l’explosion d’une grenade lancée par les forces de l’ordre. L’écrivaine Sophie Divry raconte leur histoire dans un livre, Cinq mains coupées. Entretien.

 

 

20 novembre 2020 -  HONTE !!  « Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour

couvrir les manifestations »  >>>>>

[TRIBUNE] Les directions de nombreuses rédactions françaises réaffirment leur attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et leur vigilance quant à
sa préservation.

Responsables de rédaction, nous nous inquiétons de la volonté du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, de porter atteinte à la liberté de la presse dans le cadre des manifestations.

La volonté exprimée d'assurer la protection des journalistes revient à encadrer et contrôler leur travail. Ce dispositif s'inscrit dans un contexte particulièrement inquiétant avec la proposition de loi sur la «sécurité globale» qui prévoit la restriction de la diffusion des images de policiers et de gendarmes.

Les journalistes n'ont pas à se rapprocher de la préfecture de police pour couvrir une manifestation. Il n'y a pas d'accréditation à avoir pour exercer librement notre métier sur la voie publique.

Nous refuserons, pour cette raison, d'accréditer nos journalistes pour couvrir les manifestations.

 

 

28 novembre 2020 -  Geoffroy de Lagasnerie : « Guérilla juridique, infiltration,

action directe... Il faut déployer un autre imaginaire de l'action »  Reporterre  >>>>>

Écrasée par le macronisme, qui ne supporte aucune contestation, aucun contre-pouvoir, que peut la gauche ? Elle doit renouveler ses modes d’action, et ne pas rechigner à infiltrer les lieux de pouvoir, estime le philosophe Geoffroy de Lagasnerie.

 

 

2 décembre 2020 -  Au Moulin Bleu, néoruraux 2.0  >>>>>

Dans le Loir-et-Cher, un collectif d’écologistes s’est installé dans un vaste domaine comprenant un ancien moulin. Leur objectif : en faire un lieu d’accueil pour les collectifs climat et les luttes, ainsi qu’un espace ancré dans son territoire.

 

 

4 décembre 2020 -  Défense des libertés, mobilisation des chômeurs, lutte contre les
licenciements : la carte des actions du 5 décembre  >>>>>

Les mobilisations sociales continuent de se déconfiner. Ce samedi 5 décembre plusieurs marches et rassemblements sont prévus dans toute la France : contre la loi Sécurité globale, pour l’abrogation de la réforme de l’Assurance-chômage, dont une partie a déjà été annulée par le Conseil d’État, et face à la vague de licenciement qui s’amplifie. Voici la carte des rassemblements prévus.

 

 

12 décembre 2020 -  HONTE ABSOLUE !!

Pour faire taire Ian B, expert des violences policières, la justice le condamne à 8 ans de prison  Reporterre  >>>>>

Ian B, militant de longue date contre les violences policières et animateur du collectif Désarmons-les, a été condamné à huit mois de prison ferme pour violences à la suite d’une manifestation de Gilets jaunes, à Montpellier. « Après avoir réprimé les manifestations, on veut aujourd’hui réprimer ceux qui veulent les documenter », assure un spécialiste de la répression d’État.

 

12 décembre 2020 -  Sécuritaire, luttes, climat  Rapports de force  >>>>>

Pendant que la bataille contre les lois sécuritaires et liberticides fait rage, on apprend que le Covid est malheureusement plus efficace que les États et leurs éternels « engagements à horizon 2050 » pour réduire les émissions de CO2… Ajoutez à ça une pincée de luttes dans les boîtes et dans la rue et vous tenez notre récap hebdo.

 

12 décembre 2020 -  HONTE !!  Droit de manifester : par des charges arbitraires à Paris, la police provoque l'insécurité globale  Anti-K  >>>>>

Quelques milliers de personnes ont manifesté à Paris contre les lois « liberticides » d’Emmanuel Macron. La police a décidé de décourager les manifestants en les chargeant indistinctement dès le départ du cortège, provoquant panique et blessures.

 

 

15 décembre 2020 -  HONTE !!  Le gouvernement va ficher vos opinions politiques  Le Média  >>>>>

Lors de son interview à Brut, début décembre, Emmanuel Macron déclarait qu’il ne laisserait personne dire que les libertés étaient réduites en France. Pourtant, quelques heures plus tôt, trois décrets liberticides étaient publiés en toute discrétion au Journal Officiel. Ces textes, révélés par nos confrères de Next INpact, modifient très largement le cadre législatif du fichage de la population.

Les trois décrets permettent ainsi de ficher les opinions politiques, l’orientation sexuelle, les données de santé, la pratique sportive, le comportement religieux ou encore les activités sur les réseaux sociaux des personnes « susceptibles de porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation, à l'intégrité du territoire, ou des institutions de la République ». Derrière cette notion large : une réalité inquiétante, les manifestants, qu’ils soient pacifistes ou non, mais également tout leur entourage, pourront être fichés. Cette offensive sécuritaire, menée par Darmanin, pose les fondements d’une société de surveillance. Le ministre de l’Intérieur assume les ambitions du gouvernement : la France doit devenir la vitrine mondiale de l’industrie policière et militaire d’ici les Jeux Olympiques de 2024.

 

28 décembre 2020 -  HONTE !!  Le témoignage de Mélanie, manifestante arrêtée trois jours pour un parapluie  Journal l'Humanité, vidéo 35 min 42  >>>>>

Le 12 décembre, Mélanie Ngoye-Gaham, une habituée des manifestations se rend à Paris pour protester contre le projet de loi "séparatisme" un texte dont elle juge les dispositions "très dangereuses pour la société". Au départ de Châtelet, le cortège dont elle fait partie s'engage pacifiquement sur le boulevard Sébastopol, après une petite dizaine de minutes.

C'est à ce moment-là qu'elle se fait brutalement interpeller par des forces de l'ordre présentes en nombre, qui se dirigent dans un premier temps vers son amie Moun et son parapluie arc-en-ciel, "appelant à la haine".

Les policiers reprochent à cette manifestante- figure du mouvement des gilets jaunes d'Amiens - d'avoir tenu ce fameux parapluie arc-en-ciel en signe de déclenchement des violences du black bloc, ce qu'elle dément fermement, de même que son amie Moun.

Selon cette gilet jaune, il s'agit plutôt d'une façon pour les policiers de "décrédibiliser son histoire", alors qu'en avril 2021, Mélanie Ngoye-Gaham se retrouvera en procès contre un CRS l'ayant violemment frappée à la nuque lors d'une manifestation à Paris, le 20 avril 2019.

S'en suivent alors trois jours d'arrestation pour les deux manifestantes, dont deux en garde à vue dans des commissariats du 18ème et du 19ème arrondissements.

Dans cette vidéo, Mélanie Ngoye-Gaham martèle son innocence, et revient en détail sur les conditions de sa détention, ainsi que le comportement des policiers à son égard dans cette affaire.

Ils ont fait la même chose pour mon fils, mineur. Arrêté au même endroit. N'ayant rien fait. Ils ont refusé d'appeler mon avocat pour l'audition et m'ont obligé à prendre un avocat commis d'office. Mon fils a été relâché après 24 heures dans une cellule, sans que rien ne soit retenu contre lui. Par contre ses identité, empreintes digitales, ADN, resteront cinq ans dans leurs dossiers informatisés. 1984, Le Meilleur des mondes, Bienvenue à Gattaca,…

 

2 janvier 2021 -  La criminalisation des mouvements sociaux contrariée par les juges  Rapports de force  >>>>>

Si vous avez décroché de l’info pendant les fêtes, nous vous avons préparé une séance de rattrapage. Pour les mouvements sociaux, ces deux semaines de vacances scolaires auront été marquées par une absence de trêve des confiseurs dans les prétoires. Plusieurs décisions judiciaires sont venues limiter les décisions liberticides du gouvernement juste avant Noël.

 

2 janvier 2021 -  HONTE !!  Quel virus la préfète du Bas-Rhin craint-elle le plus, la Covid 19 ou la contestation ?  La feuille de chou  >>>>>

La manifestation organisée par Gilets Jaunes tous ensemble a été interdite par la préfète le 29/12/2020. Avec notre avocat Me Pialat, nous avons déposé un référé-liberté qui a été examiné en audience le 31/12 au matin.

Le jugement a été communiqué vers 13 h, seulement deux heures avant l’heure du rassemblement place Kléber !

Notre recours a été rejeté et la manifestation interdite.
Mais, si on considère les attendus du jugement, et c’était déjà perceptible durant l’audience, tous les arguments de la préfecture ont été rejetés sauf un.

Parmi les arguments rejetés, rien que du lourd : le plan Vigipirate, les violences urbaines du 31 décembre 2019, l’utilisation des forces de police à d’autres tâches le soir du 31 décembre, le caractère potentiellement dangereux de la manifestation, tout a été balayé par le juge qui a d’ailleurs refusé d’écouter le développement de la représentante de la préfète après celui de Me Pialat.

Le seul argument retenu a rapport avec le décret du 29/10/202 : les manifestations peuvent avoir lieu, mais les organisateurs doivent préciser les mesures prises pour combattre le risque sanitaire. C’est sur ce seul point que le juge administratif a donné raison à la préfète.

 

convergence des luttes

 

3 janvier 2021 -  HONTE !! Comment les forces de l'ordre ont saboté la manifestation du 12 décembre 2020  Anti-K et Mediapart, vidéo 9 min 01  >>>>>

Mediapart a collecté et analysé des centaines de vidéos prises le 12 décembre à Paris lors de la manifestation contre la loi « Sécurité globale ». Notre enquête démontre le caractère illicite de plusieurs dizaines de charges policières effectuées ce jour-là et documente les arrestations arbitraires de manifestants, les coups portés sans raisons et la communication mensongère de Gérald Darmanin, notamment au regard du bilan judiciaire.

 

 

4 janvier 2021 -  HONTE !!  « Je ne vais pas risquer de me faire éclater le crâne » : par peur, ils ont renoncé à manifester  Slate  >>>>>

Militants occasionnels ou aguerris, certains abandonnent leur droit de défiler, effrayés par les stratégies de maintien de l'ordre.

La charge de trop pour Clément. Nous sommes le 12 décembre 2020 à Paris, il manifeste contre la proposition de loi «sécurité globale». L'étudiant de 18 ans rencontre la matraque pour la première fois lors d'une avancée des forces de l'ordre depuis une rue perpendiculaire au défilé. «J'étais en deuxième ligne, un coup est passé sur moi. Je priais pour que ce soit ceux de devant qui prennent. C'était humiliant, dégradant pour l'image que j'ai de moi», confie celui qui a été biberonné aux défilés du 1er mai par des parents syndicalistes. «Ça tapait au hasard, se souvient-il. Pourtant il n'y avait pas de dégradations.»

Clément termine le parcours, «en baissant la tête. On avançait au rythme de la police qui formait un U autour de nous.» À la sortie, sa décision est prise: il n'ira plus. «Pour l'effet que ça va avoir [sur la politique du gouvernement, ndlr] je ne vais pas risquer la prison, ou de me faire éclater le crâne.»

Clément n'est pas seul à avoir renoncé à faire entendre sa voix dans la rue par crainte des stratégies du maintien de l'ordre. Peu importe leur âge. Manifestants du dimanche, ou fidèles des cortèges de tête, ils décrivent un évènement, un déclic après lequel ils n'y sont plus retournés. Comme Marie, ils craignent «d'être au mauvais endroit, au mauvais moment». Ou, comme Marion, ne veulent pas y aller seul·es. «Mes amis ont peur. On nous dit qu'on cible les casseurs, mais maintenant je me rends compte que ça concerne tout le monde.»

 

7 janvier 2021 -  HONTE !!  « Depuis la guerre d’Algérie, on n’a jamais assisté à un tel climat répressif »  Basta magazine  >>>>>

Dans son dernier ouvrage On est là ! La manif en crise, l’historienne Danielle Tartakowsky, spécialiste de l’histoire des mouvements sociaux, décortique les mutations de la manifestation sur les cinquante dernières années. Entretien.

À la brièveté de manifestations d’ampleur qui faisaient reculer de controversées propositions législatives ont succédé des manifs percutantes, durement réprimées, mais s’inscrivant dans la durée. Depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron, les mobilisations et manifestations (loi travail, gilets jaunes, réforme des retraites, marche pour le climat, pour les libertés...) sont quasi permanentes. Quels ont été, et sont encore, les rôles de cette forme d’action la plus courante ? Comment l’objet manifestation a t-il évolué, alors qu’il est de plus en plus réduit à d’éventuelles scènes de violences ? Dans une société en crise, est-ce réellement la manif qui ploie, ou le système qui la fait naître ?

 

14 janvier 2021 -  50 000 restaurateurs et des soignants se rebiffent ! La Résistance avance !  Florian Philippot  >>>>>

Où est passée l'opposition de gauche ? Pourquoi laisse-t-elle à d'autres les combats qu'elle devrait mener ?