Le site photo de Jean-Jacques MILAN

Annales  -  Ruralité en général

---ooo000ooo---

 

 

 

Quelques descripteurs pouvant être recherchés dans cette page (contrôle F - voir aussi les mots de la même famille !) :

accords de libre échange  -  agribashing  -  agricole  -  agroécologie  -  agro-industrie  -  artificialisation des terres  -  Au nom de la terre (film)  -  bio  -  bitume  -  bricolage  -  Conseil européen  -  coronavirus  -  Mathieu Courgeau  -  dégradation des sols  -  écologie  -  écosystèmes  -  électricité  -  endettement  -  énergies renouvelables  -  énergie solaire  -  Europe  -  extinction des espèces  -  FNSEA  -  logiciel  -  machine  -  PAC  -  pandémie  -  parc photovoltaïque  -  pesticide  -  photovoltaïque  -  politique agricole commune  -  prix  -  réseaux routiers  -  Rhône  -  santé animale  -  santé humaine  -  semences  -  sol naturel  -  terre  -  terres agricoles  -  toiture  -  tracteur  -  transition agricole  -  transition énergétique  -  urbanisation  -  virus  -  zoonose


 

Voir aussi :

-  Alimentation, malbouffe  -  Écologie  -  Élevage  -  Forêts, sylviculture  -  Pesticides  -  Police et gendarmerie (cellule Déméter)  -  Pollution  -

 

 

 

 

19 janvier 2021 -  HONTE !!  L'énergie solaire se développe au détriment des sols naturels  Reporterre  >>>>>

Pour atteindre les objectifs de la transition énergétique, la superficie consacrée au photovoltaïque doit tripler, voire quadrupler. Mais la recherche du profit pousse les développeurs à privilégier les installations au sol, accentuant l’artificialisation des terres.

10 000 hectares au sol et 5 000 de toitures. C’est la surface que représente aujourd’hui l’emprise totale des parcs photovoltaïques en France, selon l’évaluation de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Elle envisage de multiplier par trois ou quatre cette superficie pour atteindre les objectifs en matière de production d’électricité photovoltaïque en 2028. Des surfaces à mettre en regard avec les 21 000 à 61 200 hectares supplémentaires artificialisés chaque année. Les premières sources de prédation des terres restent de très loin la construction immobilière, l’extension des réseaux routiers et les équipements industriels. Ceci étant, le développement des énergies renouvelables ne se substitue pas à ces autres usages, il s’y ajoute. Mais s’il reste marginal à ce jour, les choses sont en train de changer.

 

 

 

13 octobre 2020 -  La lutte pour une agriculture libre : bricoler et partager pour s'émanciper  The conversation  >>>>>

Fabriquer ses propres machines, réparer son tracteur, échanger des semences, utiliser des logiciels open source : voici des actions qui visent à rendre les agriculteurs plus libres et plus autonomes. Ce sont des gestes qui montrent que le bricolage et le partage sont loin d’être des activités banales, mais des actes politiques.

 

 

 

20 août 2020 -  Des résistances fertiles autour d'un bien commun  Anti-K  >>>>>

« Au cours des dernières décennies, le continent européen a été soumis à un ensemble de facteurs impactant fortement l’agriculture : politiques agricoles et alimentaires, accords de libre-échange, politiques de libéralisation et énergétiques dominées par le marché, projets miniers et d’infrastructures, et vagues d’urbanisation. Les exemples sont légion, de l’actuelle PAC et du manque de mécanismes adaptés de régulation des marchés et des prix, aux divers textes législatifs nationaux, ou au changement croissant d’usages des sols. Cette accumulation de facteurs a conduit à l’industrialisation du système agricole et à la marchandisation de sa composante fondamentale : la terre. Les principales conséquences de cette grande transformation des zones rurales européennes sont nombreuses : la chute vertigineuse du nombre d’agriculteurs ; la concentration des terres entre les mains d’un petit nombre ; le vieillissement de la population agricole ; la volatilité des prix qui empêche les agriculteurs de gagner décemment leur vie ; la disparition de terres agricoles ; la dégradation rapide des sols et des écosystèmes, et l’utilisation de la terre comme monnaie d’échange dans la libre circulation des capitaux. »

 

 

 

23 juillet 2020 -  HONTE !!  Mathieu Courgeau : « C’est un mensonge ! La PAC ne "protège" pas le revenu des paysans »  Anti-K  >>>>>

La politique agricole commune a globalement sauvé son budget lors du dernier Conseil européen. Mais pour encourager quel système agricole et alimentaire ?

Entretien avec Mathieu Courgeau, paysan et président de Pour une autre PAC.

 

 

26 juin 2019 -  Pourquoi tant d’espèces sont-elles au bord de l’extinction ? Parfois une image vaut mille mots…

 

 

 

 

15 juin 2020 -  Du coronavirus à l'agroécologie paysanne  Via campesina  >>>>>

Les virus ne vivent pas seuls, comme jamais auparavant, la pandémie de ce coronavirus nous révèle la nature systémique de notre monde : la santé humaine, animale et écologique sont étroitement liées. Cela est particulièrement évident dans le cas de ces zoonoses, c’est-à-dire des références virales croisées entre l’espèce humaine et d’autres animaux.

 

 

10 juin 2020 -  Paysans, riverains... Dans le Rhône, des collectifs se battent pour préserver des terres agricoles  Reporterre  >>>>>

Dans l’ouest lyonnais, petit à petit, le bitume grignote du terrain. Objectif : exploiter économiquement au maximum les terres agricoles bordant l’autoroute. Dernier projet en date : la construction d’un bâtiment logistique de 20 000 m2. Paysans et riverains multiplient les actions de résistance.

 

 

 

23 mai 2020 -  HONTE !!     Mythes et mensonges de l'agro-industrie pour bloquer la transition agricole     Pollinis  >>>>>

On utilise de moins en moins de pesticides ? Le bio, incapable de nourrir 10 milliards d’humains ? Les agriculteurs, responsables du désastre écologique ? Alors que la transition agricole est désormais une urgence, le discours bien rôdé de l’agro-industrie rend bien souvent inaudibles les arguments en faveur de modèles de production vraiment durables et efficaces. Voici le « Top 10 » de ces arguments mensongers, et comment y répondre.

 

 

21 mai 2020 -  HONTE !!  Recueillir les larmes, en ignorer les causes : le traitement médiatique pourri du malheur agricole  Frustration magazine  >>>>>

En septembre dernier, la sortie du film “Au nom de la terre” jetait une lumière crue, “forte” (La Voix du Nord), “poignante et réaliste” (Le Figaro) sur le monde agricole “réel, et ses souffrances” (Marianne). Son succès en salle a montré que la population française était touchée et en empathie avec les difficultés de celles et ceux qui exercent un métier ancestral et nécessaire, bien loin de “l’agribashing” que la FNSEA, premier syndicat agricole productiviste et pro-épandage de phytosanitaires, dégaine à la moindre tentative de régulation écologique. Sa couverture médiatique larmoyante a aussi révélé une véritable tendance médiatique à parler des agriculteurs et de leurs problèmes sous l’angle du pathos, du drame, de la peine, sans jamais se pencher sur les causes économiques qui ont mis ces professionnels dans de telles situations (le plus souvent d’endettement), et encore moins sur leurs responsables.