Le site photo de Jean-Jacques MILAN

Annales  -  Violences

---ooo000ooo---

 

 

 

 

Violences policières et autres pratiques douteuses  ==============================

 

10 février 2021 -  HONTE !!  "Climat d’insécurité globale" : le rapport accablant d’Amnesty International sur la répression des manifestants   Révolution permanente  >>>>>

Dans son enquête du 8 février intitulée “Climat d’insécurité globale” Amnesty International revient sur la manifestation qui s’est déroulée à Paris le 12 septembre 2020 contre le projet de loi de Sécurité globale. L’ONG s’en prend aux arrestations et aux détentions qui y ont été effectuées et les désigne comme de véritables “violation[s] du droit à la liberté et à la sûreté de la personne”. En effet, sur 142 personnes interpelées, “80% ont été relâchées sans poursuite”.

 

 

9 février 2021 -  HONTE !!  Les lacrymos, une arme de guerre civile  Anti-K  >>>>>

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Unai Aranceta, Ferdinand Cazalis et Elvina Le Poul

Texte original : « How Tear Gas Became the White Supremacist’s Favorite Poison », Mother Jones, 8 juin 2020.

Armes de « contrôle des foules » par excellence, les gaz lacrymogènes semblent être devenus l’un des outils privilégiés du maintien de l’ordre contemporain. Leur usage dans le cadre de manifestations publiques s’est systématisé ces dernières années, au point que l’image de rassemblements noyés sous les gaz semblent être devenue la norme. Aux États-Unis, la répression des mouvements Black Lives Matter a apporté une nouvelle illustration de l’usage disproportionné que la police fait de ses armes, en particulier lorsqu’il s’agit d’étouffer les revendications des groupes les plus discriminés. Mais alors que l’expérience des effets des gaz est de plus en plus partagée, leur histoire, qui plonge ses racines dans la Première Guerre mondiale puis dans la gestion coloniale, reste souvent méconnue.

 

 

3 février 2021 -  HONTE !!  Mafia corse et violences policières : itinéraire du commissaire de la BRAV qui a matraqué un manifestant samedi  Révolution permanente  >>>>>

Ce samedi à Paris, en marge de la manifestation contre le projet de loi sécurité globale, un commissaire a assené une dizaine de coups de matraque à un manifestant. D’après les révélations du journal Streetpress, ce policier connu pour sa violence serait lié à la mafia Corse.

Surnommé “Tomi le Corse” par des journalistes, ce fonctionnaire n’en est pas à son coup d’essai en matière de brutalité.

 

 

 

 

-----------------------------------------------

 

 

3 août 2019 -  HONTE !  Steve, la faute du pouvoir  >>>>>

 

6 décembre 2019 -  HONTE !  Violences policières : un homme tabassé lors de la manifestation parisienne du 5 décembre  >>>>>

 

 

26 janvier 2020 -  HONTE !  Violences policières : Christophe Castaner annonce le retrait immédiat des grenades explosives GLI-F4. Il oublie juste de préciser un tout petit détail : ces grenades ne sont plus fabriquées depuis 2014 et les stocks sont épuisés !  Et quid des remplaçantes ?  >>>>>  et  >>>>>

 

14 avril 2020 -  Le Défenseur des droits dénonce « des ordres discriminatoires » diffusés dans les commissariats parisiens  >>>>>

 

31 mai 2020 -  Contre les violences policières... Mais comment contre ?  >>>>>

 

8 juin 2020 -  Gazer, mutiler, soumettre : la police au service du néolibéralisme autoritaire  >>>>>

 

11 juin 2020 -  Violences policières : “L’indépendance de l’IGPN est très, très faible”  >>>>>

 

13 juin 2020 -  HONTE !  À Lyon la police manifeste pour défendre son droit au meurtre et au racisme  >>>>>

 

13 juin 2020 -  Entretien avec le sociologue Mathieu Rigouste : « Les policiers sont dressés à différencier les proies dont ils peuvent abîmer les corps »  >>>>>

 

15 juin 2020 -  Castaner, le Rantanplan des flics  >>>>>

 

        

16 juin 2020                                                                                   17 juin 2020

 

17 juin 2020 -  HONTE !  Vaut-il mieux être électrocuté ou étranglé ?  >>>>>

 

18 juin 2020 -  Montpellier : un aide-soignant frôle la mort après un contrôle routier, son avocate porte plainte contre les gendarmes  >>>>>

 

22 juin 2020 -  HONTE !  "J'étouffe" : mort de Cédric Chouviat, l'expertise révèle ce que le livreur a répété aux policiers  >>>>>

 

 

10 juillet 2020 -  "J'ai vu le chagrin de victimes dévastées" : lettre ouverte au Garde des Sceaux  >>>>>

 

13 juillet 2020 -  Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, veut interdire aux policiers les LBD, le port de la cagoule et le nassage  >>>>>

 

17 juillet 2020 -  Le non-lieu, ça veut dire qu’il s’est tué tout seul ? : la fabrique de l’impunité des violences policières  >>>>>

 

22 juillet 2020 -  HONTE !  Mort de Cédric Chouviat : les policiers auraient menti avec la bénédiction de leur hiérarchie  >>>>>

 

21 août 2020 - HALLUCINANT !!!  Interpellation d'un salarié, à Breil sur Roya, sur son lieu de travail, pour une histoire de masque  (vidéo, 3 mln 39)  >>>>>

 

21 août -  HONTE !!  Expulsion violente et illégale du Cesaï  >>>>>

 

11 septembre 2020 -  Les forces de l'ordre utiliseront une nouvelle grenade de désencerclement "moins dangereuse" dans les manifestations,
annonce Gérald Darmanin  >>>>>

 

13 septembre 2020 -  HONTE !!  La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre  >>>>>

 

23 octobre 2020 -  IN MEMORIAM  Maurice Rajsfus, historien de la répression :

« J’ai toujours été un emmerdeur »  >>>>>

Bien avant l’ère des smartphones, des réseaux sociaux et des vidéos témoignant de violences policières, Maurice Rajsfus a dédié sa vie à documenter les brutalités et les exactions de la police, souvent dans l’ombre, parfois dans l’indifférence du plus grand nombre. Celui qui se définissait comme un « historien de la répression » est décédé le 13 juin 2020 « après un combat inégal de six semaines contre la maladie » . « Nous poursuivrons ses combats pour la justice et l’émancipation. Ami, ta rage n’est pas perdue ! », avaient annoncé les éditions Libertalia avant d’organiser le 4 juillet dernier une journée en son honneur à la Parole errante à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

 

 

6 novembre 2020 -  HONTE !!  Entrave à la liberté de la presse et surveillance de masse : la nouvelle loi macroniste de « sécurité globale »  >>>>>

Un nouvel arsenal de mesures liberticides est sur le point d’être adopté par l’Assemblée nationale. La proposition de loi relative à la sécurité globale a de quoi inquiéter : extension des pouvoirs de la police, accroissement des systèmes de surveillance aux dépens de la vie privée, impunité en cas de violences policières illégales... Ce projet aurait des conséquences dramatiques sur notre démocratie.

 

 

15 novembre 2020 -  Proposition de loi sur la "sécurité globale" : neuf affaires impliquant les forces de l'ordre dans lesquelles la vidéo a joué un rôle clé   >>>>>

Le texte, examiné à partir de mardi à l'Assemblée, projette d'interdire la diffusion, dans certaines circonstances, d'images permettant d'identifier les forces de l'ordre. Les syndicats de journalistes et des ONG craignent que cela n'entraîne l'impossibilité de filmer policiers et gendarmes.

 

 

20 novembre 2020 -  HONTE !!  « C’est l’horreur absolue qu’un citoyen, en France,

ait la main arrachée alors qu’il manifestait »  >>>>>

Ils sont cinq. Quatre sont ouvriers, un est étudiant. Ils ont entre vingt et cinquante ans. Ils habitent à Tours, Argenteuil, dans la Sarthe ou en Gironde. Un point commun les a réunis : ils ont tous participé aux manifestations des gilets jaunes, parfois la première manifestation de leur vie, et y ont perdu une main suite à l’explosion d’une grenade lancée par les forces de l’ordre. L’écrivaine Sophie Divry raconte leur histoire dans un livre, Cinq mains coupées. Entretien.

 

 

26 novembre 2020 - HONTE !!  La police fait la loi au gouvernement

Le Média, vidéo 14 min 54  >>>>>

Parmi les commentaires :

C'est normal, ce gouvernement ne tient que grâce à la police.

Le gouvernement a créé un monstre, et le monstre est hors de contrôle !

Il est maintenant hyper-super-urgent que TOUT LE MONDE se réveille. Et pas pour jouer à la pétanque, si ce n'est avec de très, très, grosses boules !

 

 

27 novembre 2020 -  HONTE !!  Jérôme Laronze, le paysan tué par un gendarme,

avait subi des contrôles << irréguliers >>  Reporterre  >>>>>

Trois des contrôles subis par Jérôme Laronze, éleveur tué par un gendarme en 2017, étaient « irréguliers », assure le tribunal administratif de Dijon. « Les gendarmes présentaient Jérôme comme dangereux. Mais selon ce jugement, c’est Jérôme qui était agressé », souligne la famille de l’éleveur. « Cette décision rétablit Jérôme dans ses droits et dans sa dignité. »

 

 

28 novembre 2020 -  HONTE !!  Évacuation place de la République : Pour une

politique alternative pour rompre ce cycle infernal de violences  Médecins du Monde  >>>>>

Suite à l’évacuation brutale des personnes exilées et de leurs soutiens installés Place de la République le soir du 23 novembre 2020, nos organisations demandent de toute urgence, une politique alternative pour rompre avec ces violences et assurer la dignité de toutes et tous.

 

 

28 novembre 2020 -  HONTE !!  Évacuation Place de la République : pour une

politique alternative pour rompre ce cycle infernal de violences  >>>>>

Suite à l’évacuation brutale des personnes exilées et de leurs soutiens installés Place de la République le soir du 23 novembre 2020, nos organisations demandent de toute urgence, une politique alternative pour rompre avec ces violences et assurer la dignité de toutes et tous.

 

 

1er décembre 2020 -  HONTE !!  « Des enfants de 4 ans ont été gazés », la police en roue libre à la marche des Libertés à Caen  >>>>>

Le cortège a rassemblé pas moins de 5000 personnes pour dénoncer la Loi de Sécurité Globale qui vise à augmenter l’impunité policière et qui s’inscrit dans l’offensive sécuritaire du gouvernement. Dans un thread Twitter, le journaliste Valentin Leroux dénonce la violence de la police face aux manifestants, et notamment alors que des enfants et des personnes vulnérables étaient présents.

 

 

5 décembre 2020 -  No comment !!

 

 

 

6 décembre 2020 -  HONTE !!  Manifestation du 5 décembre :

les forces du désordre à l’œuvre  (vidéo, 6 min 19)  >>>>>

Nasse mobile, gendarmes au contact qui font avancer les gens au pas, dès le début les tensions sont vives. Les forces de l’ordre bloquent la manifestation et subissent des jets de projectiles. Chaque intersection est synonyme de nouveaux heurts avec les policiers. Au bout d’une heure le cortège n’a fait que quelques centaines de mètres et la situation dégénère définitivement. Les forces de l’ordre coupent la manifestation en deux. Une barricade est dressée par des Black Blocs et des voitures sont incendiées. Les manifestants se dispersent pour la plupart sur le lieu même du départ. Quelques-uns arriveront à la place de la République où de nouveaux affrontements auront lieu. Les images des violences ont pu faire le tour des télévisions. Mais si l’objectif de la préfecture était de permettre à la manifestation de bien se dérouler, l’échec est complet.

 

 

12 décembre 2020 -  HONTE ABSOLUE !!

Pour faire taire Ian B, expert des violences policières, la justice le condamne à 8 ans de prison  Reporterre  >>>>>

Ian B, militant de longue date contre les violences policières et animateur du collectif Désarmons-les, a été condamné à huit mois de prison ferme pour violences à la suite d’une manifestation de Gilets jaunes, à Montpellier. « Après avoir réprimé les manifestations, on veut aujourd’hui réprimer ceux qui veulent les documenter », assure un spécialiste de la répression d’État.

 

 

12 décembre 2020 -  HONTE !!  Droit de manifester : par des charges arbitraires à Paris, la police provoque l'insécurité globale  Anti-K  >>>>>

Quelques milliers de personnes ont manifesté à Paris contre les lois « liberticides » d’Emmanuel Macron. La police a décidé de décourager les manifestants en les chargeant indistinctement dès le départ du cortège, provoquant panique et blessures.

 

 

18 décembre 2020 -  HONTE !!  En 2020, 27 décès suite à une intervention des forces de l'ordre, dont 12 pendant le confinement  Basta magazine  >>>>>

Qu’elles soient soit légitimes, discutables ou illégales, Basta ! poursuit son recensement des interventions policières létales. 27 décès sont survenus en 2020 dont onze tués par balles – deux lors d’opérations anti-terroristes – et sept suite à un « malaise » en détention ou asphyxiés lors d’une interpellation. Voici le bilan que l’IGPN se refuse de faire.

 

 

28 décembre 2020 -  HONTE !!  Le témoignage de Mélanie, manifestante arrêtée trois jours pour un parapluie  Journal l'Humanité, vidéo 35 min 42  >>>>>

Le 12 décembre, Mélanie Ngoye-Gaham, une habituée des manifestations se rend à Paris pour protester contre le projet de loi "séparatisme" un texte dont elle juge les dispositions "très dangereuses pour la société". Au départ de Châtelet, le cortège dont elle fait partie s'engage pacifiquement sur le boulevard Sébastopol, après une petite dizaine de minutes.

C'est à ce moment-là qu'elle se fait brutalement interpeller par des forces de l'ordre présentes en nombre, qui se dirigent dans un premier temps vers son amie Moun et son parapluie arc-en-ciel, "appelant à la haine".

Les policiers reprochent à cette manifestante- figure du mouvement des gilets jaunes d'Amiens - d'avoir tenu ce fameux parapluie arc-en-ciel en signe de déclenchement des violences du black bloc, ce qu'elle dément fermement, de même que son amie Moun.

Selon cette gilet jaune, il s'agit plutôt d'une façon pour les policiers de "décrédibiliser son histoire", alors qu'en avril 2021, Mélanie Ngoye-Gaham se retrouvera en procès contre un CRS l'ayant violemment frappée à la nuque lors d'une manifestation à Paris, le 20 avril 2019.

S'en suivent alors trois jours d'arrestation pour les deux manifestantes, dont deux en garde à vue dans des commissariats du 18ème et du 19ème arrondissements.

Dans cette vidéo, Mélanie Ngoye-Gaham martèle son innocence, et revient en détail sur les conditions de sa détention, ainsi que le comportement des policiers à son égard dans cette affaire.

Ils ont fait la même chose pour mon fils, mineur. Arrêté au même endroit. N'ayant rien fait. Ils ont refusé d'appeler mon avocat pour l'audition et m'ont obligé à prendre un avocat commis d'office. Mon fils a été relâché après 24 heures dans une cellule, sans que rien ne soit retenu contre lui. Par contre ses identité, empreintes digitales, ADN, resteront cinq ans dans leurs dossiers informatisés. 1984, Le Meilleur des mondes, Bienvenue à Gattaca, …

 

3 janvier 2021 -  HONTE !! Comment les forces de l'ordre ont saboté la manifestation du 12 décembre 2020  Anti-K et Mediapart, vidéo 9 min 01  >>>>>

Mediapart a collecté et analysé des centaines de vidéos prises le 12 décembre à Paris lors de la manifestation contre la loi « Sécurité globale ». Notre enquête démontre le caractère illicite de plusieurs dizaines de charges policières effectuées ce jour-là et documente les arrestations arbitraires de manifestants, les coups portés sans raisons et la communication mensongère de Gérald Darmanin, notamment au regard du bilan judiciaire.

 

 

4 janvier 2021 -  HONTE !!  « Je ne vais pas risquer de me faire éclater le crâne » : par peur, ils ont renoncé à manifester  Slate  >>>>>

Militants occasionnels ou aguerris, certains abandonnent leur droit de défiler, effrayés par les stratégies de maintien de l'ordre.

La charge de trop pour Clément. Nous sommes le 12 décembre 2020 à Paris, il manifeste contre la proposition de loi «sécurité globale». L'étudiant de 18 ans rencontre la matraque pour la première fois lors d'une avancée des forces de l'ordre depuis une rue perpendiculaire au défilé. «J'étais en deuxième ligne, un coup est passé sur moi. Je priais pour que ce soit ceux de devant qui prennent. C'était humiliant, dégradant pour l'image que j'ai de moi», confie celui qui a été biberonné aux défilés du 1er mai par des parents syndicalistes. «Ça tapait au hasard, se souvient-il. Pourtant il n'y avait pas de dégradations.»

Clément termine le parcours, «en baissant la tête. On avançait au rythme de la police qui formait un U autour de nous.» À la sortie, sa décision est prise: il n'ira plus. «Pour l'effet que ça va avoir [sur la politique du gouvernement, ndlr] je ne vais pas risquer la prison, ou de me faire éclater le crâne.»

Clément n'est pas seul à avoir renoncé à faire entendre sa voix dans la rue par crainte des stratégies du maintien de l'ordre. Peu importe leur âge. Manifestants du dimanche, ou fidèles des cortèges de tête, ils décrivent un évènement, un déclic après lequel ils n'y sont plus retournés. Comme Marie, ils craignent «d'être au mauvais endroit, au mauvais moment». Ou, comme Marion, ne veulent pas y aller seul·es. «Mes amis ont peur. On nous dit qu'on cible les casseurs, mais maintenant je me rends compte que ça concerne tout le monde.»