Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.

 

Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !

 

Abeilles  -  Actionnaires  -  Additif alimentaire  -  Aedes albopictus  -  Âge pivot  -  Agriculture bio  -  Alstom  -  Amandes  -  Amazon  -  ANDRA  -  Anonymat  -  ANSM  -  Arnaques  -  Aspartame  -  Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT)  -  Attal  -  La Barthelasse  - Nicole Belloubet  -  BLACKROCK  -  Blasphème  -  Bruno Le Maire  -  Bure  -  Agnès Buzyn  -  Camembert  -  Capitalisme  -  Cellule Demeter  -  Censure  -  Centrale nucléaire  -  Certification  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Chine  -  Chloroquine  -  Cigéo  -  Climat  -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  Confédération paysanne  -  Confinement  -  Conflit d'intérêts  -  Congé pour la perte d'un enfant  -  Conseil d’État  -  Contrat de travail  -  Copyright  -  Coronavirus  -  Cours d'eau  -  Ambroise Croizat  -  Darmanin  -  Déchets nucléaires  -  Jean-Paul Delevoye  -  Deliveroo  -  Démarchage téléphonique  -  Demeter  -  Gilbert Deray  -  Didier Desert  -  Dioxyde de titane  -  Dividendes  -  E 171  -  Empreinte carbone  -  Épargne  -  Espérance de vie en bonne santé  -  États-Unis  -  Fake news  -  Fièvre  -  FNSEA  -  Fonds de pension  -  François Salachas  -  Frontex  -  Gaza  -  Gendarmerie nationale  -  Glyphosate  -  Google  -  Greenpeace  -  Griveaux  -  Didier Guillaume  -  Hara-Kiri n° 73  -  Hôpital public  -  Soigner un hérisson  -  Hydroxychloroquine  -  IHU  -  Infiltrés  -  Inondations  -  Internet  -  Investissements -  ISDS  -  Islam  -  Israël  -  Justice d'exception  -  Lactalis  -  Lait cru  -  Laïcité  -  Larry Fink  -  Légion d'honneur  -  Lévothyrox  -  Yves Lévy  -  Libération  -  Libertés publiques  -  Loi Avia  -  Lois scélérates  -  Lubrizol  -  Luxfer  -  Emmanuel Macron  -  Mahjoubi  -  Malbouffe  -  Masques  -  Mediator  -  Médicaments  -  Merck  -  Migrants  -  Mila  -  Moustique-tigre  -  Mutilations génitales  -  Nationalisation  -  Néonicotinoïdes  -  Normandie  -  Onze septembre  -  Or  -  Oxygène  -  Pandémie  -  Paracétamol  -  Parti communiste français  -  Pensée politique  -  Pensions  -  Pénurie de médicaments  -  Perte de poids  -  Pesticides  -  Plantes médicinales  -  Plaquenil  -  Pollution  -   Valeurs perdues d'Edwy Plenel  -  Police aux frontières  -  Pollution  -  Porc contaminé  -  Privatisations  -  Prostate  -  Prud'hommes  -  Adrien Quattenens  -  Didier Raoult  -  Rats  -  Recherche médicale  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Réseaux sociaux  -  Ressources en eau  -  Retraites  -  Fabien Roussel  -  Santé naturelle  -  Sécurité sociale  -  Ségolène Royal  -  George Soros  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Sucre  -  Greta Thunberg  -  Thyroïde  -  Total  -  Travail dissimulé  -  Tricastin  -  Vaccins obligatoires  -  Ventes d'armes  -  Olivier Véran  -  

 

 

Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

 

Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

01/01/2020

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

 

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion d’honneur du 1er janvier 2020, on retrouve quelques noms bien connus d'Emmanuel Macron. Jean-François Cirelli, patron de BlackRock France, mais aussi un banquier de Rothschild, plusieurs ex-collaborateurs et militants d'En Marche, des grands patrons...

 

Etienne Campion, Marianne, 2 janvier 2020

 

C’est le même scénario deux fois par an, le 1er janvier et le 14 juillet : une liste de personnalités diversement connues du grand public sont récompensées et intègrent la promotion civile de la Légion d’honneur. Comme à l’accoutumée, on retrouve cette année des noms célèbres parmi les lauréats, dont Gilbert Montagné ou bien Phillipe Etchebest, le célèbre chef cuisinier.

 

Dans la liste des nouveaux chevaliers, autour de quelques résistants et grands médecins, certains noms, moins connus, résonnent différemment. Emmanuel Macron et ses ministres n'ont pas résisté à la tentation d'intégrer quelques proches au contingent, banquiers, financiers ou collaborateurs politiques. Être l'ami du pouvoir n'empêche aucunement d'être méritant, évidemment. Mais la nomination de certains lauréats interroge tout de même. En 2017, Emmanuel Macron s’était d'ailleurs prononcé pour la revalorisation de la Légion d'honneur, estimant que « le mérite doit être désormais le seul et unique critère retenu ». Fini, la République des copains, avait-on compris. D'autant que le premier article du code de la Légion d’honneur dispose que la plus honorifique des distinctions françaises est « la récompense de mérites éminents acquis au service de la nation ». Et alors que « les légionnaires œuvrent au bénéfice de la société et non dans leur intérêt exclusif », et qu’« ils contribuent au bien public par la création d’emplois, le développement de l’enseignement, le soutien aux déshérités ».

 

 

BlackRock

 

La présence de Jean-François Cirelli a été la plus commentée. Chevalier depuis 2006, l’actuel directeur de la branche française de BlackRock, mastodonte de la gestion d'actifs dans le monde, a été élevé au rang d’officier de la Légion d’honneur. Timing étrange, puisque le fonds qui gère 6 840 milliards de dollars passe déjà pour faire partie des acteurs particulièrement favorisés par la réforme des retraites, qui pourrait permettre l'irruption en France d'un système de retraite par capitalisation à l’américaine.

 

Possibilité que BlackRock soutient ouvertement. En témoigne une note à destination du gouvernement publiée en juin 2019 dans laquelle le groupe souligne que la loi Pacte aurait permis de « combler les lacunes structurelles des régimes d'épargne retraite volontaire existant ». Larry Fink, le PDG de BlackRock, avait même rencontré en personne Emmanuel Macron à Élysée le 10 juillet 2019, avec d’autres gestionnaires d’actifs, lors d’une réunion visant à inciter les fonds d’investissements à financer la lutte contre le réchauffement climatique. S’en suivront des programmes de travail sur la « finance verte », et « pour un capitalisme plus inclusif ».

 

En octobre 2017, Emmanuel Macron a demandé au Comité action publique 2022, dans lequel figure Jean-François Cirelli, de travailler sur les réformes de l’État et sur… la réforme des retraites. Cette promotion au grade d’officier de la Légion d’honneur scelle donc un peu plus l’idylle entre Emmanuel Macron et BlackRock, au moment où la réforme des retraites s’enlise. Mais peut-être les « services rendus à la nation » de Jean-François Cirelli, ex-conseiller de Jean-Pierre Raffarin et cadre dirigeant d'Engie, méritaient-ils cette nomination.

 

Poursuivons avec le milieu de la finance pour cette promotion 2020 : également élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur, voici Grégoire Chertok. Par ailleurs conseiller de Paris apparenté LR, il est le pape de la fusion-acquisition en France, associé-gérant et membre du comité exécutif de la banque Rothschild, dans le département qu'a intégré Emmanuel Macron en 2008. Grégoire Chertok sera par exemple négociateur de Rothschild lors de la vente d'Alstom Energie à General Electric, ce qui lui vaudra une audition devant la commission d'enquête sur la vente d'Alstom dirigée par le député LR Olivier Marleix. Le Parquet national financier s'est saisi du dossier en juillet dernier.

 

 

L'aide au macronisme

Autre lauréat de la promotion de ce 1er janvier 2020, nommé au prestigieux grade de grand commandeur : Serge Weinberg. Outre le fait que ce dernier est président du géant pharmaceutique Sanofi depuis 2010, il est amusant de noter sa présence aux côtés de Grégoire Chertok : c’est Serge Weinberg qui a propulsé Macron dans l'univers de la banque d'affaires en le conseillant... à Rothschild, en 2008. Weinberg a connu l’actuel président de la République lorsqu'il siégeait à la commission Attali, dont Macron était rapporteur-adjoint, en 2007. C’est aussi lui qui était assez proche d’Emmanuel Macron pour confier à Envoyé spécial que le chef de l'Etat « avait décidé de créer sa propre société de conseil financier » avant de se lancer en politique. A la journaliste Anne Fulda, auteur d'Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait, en 2017, le grand patron confiait que lui et le fondateur d'En Marche étaient « très copains ».

 

Également dans la promotion 2020 de la Légion d’honneur, un représentant à la fois du monde de la finance mais aussi d'En Marche : Christian Dargnat, président de l'association de financement d'En Marche. Inconnu du grand public, il est la personne qui a concrètement et financièrement rendu possible la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron, puisqu'il était le principal recruteur de grands donateurs pour le futur locataire de l'Elysée. En clair, sa tête-chercheuse auprès des traders et grands banquiers. Lui aussi a été gestionnaire d’actifs : de 2009 à 2016, il a été PDG de BNP Paribas Asset Management, la branche de gestion d’actifs financiers de la BNP. En avril 2016, il quitte ses fonctions pour organiser des diners de levée de fonds, et œuvrer dans l’ombre pour son ami Emmanuel Macron. C’est par exemple Christian Dagnat qui reçoit le don d'Olivier Berggruen, homme d’affaires américain et ex-employeur de Sylvie Goulard, ce que confirment les Macron leaks.

 

Autre représentant d’En Marche : Arnaud Leroy. Ancien député PS, évoqué pour le poste de ministre de l’Ecologie en 2017 avant de se faire doubler par Nicolas Hulot, il était porte-parole d’En Marche pendant la campagne présidentielle, chargé d’élaborer le programme énergétique du candidat. Dans la même veine, au grade de chevalier de la Légion d'honneur, on retrouve aussi Philippe Martin. L'économiste a bâti le programme économique d'Emmanuel Macron avec Philippe Aghion et Jean Pisani-Ferry. Il était surtout conseiller économique au cabinet à Bercy du fondateur d'En Marche, entre juillet 2015 et août 2016. Les ex-députés PS Gilles Savary et Bernadette Laclais, soutiens d'Emmanuel Macron à la dernière présidentielle et signataires de l'appel à la création d'un pôle de gauche dans la majorité ont également été promus.

 

La nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur de François Loncle est également à noter. Ancien député de l'aile droite du PS, ce dernier a été secrétaire d’État sous Mitterrand en 1992-93. Venu dans le camp Macron début 2017, il passe aujourd'hui un temps impressionnant sur son compte twitter, sur lequel il se plaît à... polémiquer quasi non-stop. Les gilets jaunes, qu'il ne porte manifestement pas dans son cœur et a même traité de « racaille jaune », sont une de ses obsessions, mais pas la seule. Insultes, paranoïa, relais de montages virulents, accusations frénétiques en populisme : François Loncle pourrait passer pour un troll macroniste… s’il n’était pas ancien parlementaire.

 

 

 

 

Dans la catégorie médias, on remarque Cédric Siré. Il est fondateur de Webedia, une entreprise française de médias en ligne. Quel rapport avec la galaxie Macron ? C'est que cet entrepreneur s'est associé à la sulfureuse Michèle Marchand, alias Mimi Marchand, pour fonder Pure People, en 2007. Cette agence de presse et de paparazzis se targue d'avoir sorti les scoops de la grossesse de Rachida Dati ou du futur couple Sarkozy-Bruni à Disneyland. C'est Pure people qui relancera la chevauchée de Mimi Marchand dans les médias, laquelle, après avoir cédé ses parts pour 500.000 euros en 2010, lancera Bestimage. On connaît la suite : Michèle Marchand sera présentée au couple Macron par Xavier Niel, puis c'est elle qui gèrera leur image dans les médias et participera à les propulser en une d'un très grand nombre de magazines et journaux peoples, en obtenant l'exclusivité officieuse de leurs photos de couple. C'est elle aussi qui, selon le magazine de France 2 Envoyé spécial, aurait pris en main la communication d'Alexandre Benalla au plus fort de l'affaire, en juillet 2018.

 

Autre représentante des médias, la directrice déléguée du groupe Challenges, magazine guère virulent avec le pouvoir macroniste, Elisabeth Descombes est désormais chevalier de la Légion d'honneur.

 

La grand reporter Anne Nivat a également été honorée. Prix Albert-Londres en 2000, cette journaliste, par ailleurs compagne de l'intervieweur politique Jean-Jacques Bourdin, a publié Un continent derrière Poutine ? en 2018.

 

Également nommé au grade d’officier : Denys de Béchillon. Ce professeur de droit public à l’université de Pau est responsable du comité scientifique du « Club des juristes », mais, comme Marianne l’expliquait dans un article sur les conflits d’intérêts autour de la privatisation d’ADP, il est aussi lobbyiste auprès de Vinci Airports. C’est lui qui, en avril dernier, a rédigé une « contribution extérieure » au nom de la multinationale auprès du Conseil constitutionnel pour plaider en faveur de la loi Pacte et de la privatisation d’ADP… à laquelle Vinci est visiblement intéressé.

 

 

intérêt général ?

 

Autre présence notable : celle de Jean-David Chamboredon, président exécutif d’un fonds d’investissement Isai. Ce chef d'entreprise français est le porte-parole du mouvement des Pigeons. Lui qui pestait contre la taxation des plus-values de cessions d’entreprises au barème de l’impôt sur le revenu, et le caractère trop redistributif des impôts... a donc été remercié pour ses services rendus à la Nation. De la même façon que Corine de Bilbao, l’ancienne directrice de General Electric France, avait été promue au grade d'officier le 14 juillet dernier, en plein plan social.

 

Ces personnes ont peut-être servi à leur façon l’intérêt général. Et bien sûr, la présence de ces dernières n'occupe qu'une petite partie de la liste des lauréats. Reste que la fin de la république des copains promise par Emmanuel Macron n'apparaît pas tout à fait imminente.

 

Association française des malades de la thyroïde (AFMT) Pourquoi la réforme des retraites va favoriser les systèmes par capitalisation