Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

 

Abeilles  -  Actionnaires  -  Additif alimentaire  -  Aedes albopictus  -  AFEP  -  Agences régionales de santé  -  Âge pivot  -  Agriculture bio  -  Alstom  -  Amandes  -  Amazon  -  ANDRA  -  Anonymat  -  ANSM  -  Arnaques  -  Aspartame  -  Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT)  -  Assurance vie  -  Attal  -  Automobile  -  La Barthelasse  - Nicole Belloubet  -  BLACKROCK  -  Blaireau  -  Blasphème  -  Élisabeth Borne  -  Bruno Le Maire  -  Bure  -  Agnès Buzyn  -  Camembert  -  Capitalisme  -  Cellule Demeter  -  Censure  -  Centrale nucléaire  -  Certification  -  Chasse  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Chine  -  Chloroquine  -  Cigéo  -  Climat  -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  André Comte-Sponville  -  Confédération paysanne  -  Confinement  -  Conflit d'intérêts  -  Congé pour la perte d'un enfant  -  Conquis sociaux  -  Conseil d’État  -  Conseil de l'Ordre des Médecins  -  Conseils de prud'hommes  -  Contrat de travail  -  Copyright  -  Coronavirus  -  Courage  -  Cours d'eau  -  Crise financière  -  Ambroise Croizat  -  Alain Damasio  -  Gérald Darmanin  -  DASRI  -  Déchets hospitaliers  -  Déchets nucléaires  -  Jean-Paul Delevoye  -  Deliveroo  -  Démarchage téléphonique  -  Demeter  -  Démocratie  -  Gilbert Deray  -  Didier Desert  -  Dioxyde de titane  -  Dividendes  -  Djihad  -  E 171  -  Empreinte carbone  -  Épargne  -  Espèces envahissantes  -  Espèces menacées  -  Espérance de vie en bonne santé  -  État islamique  -  États-Unis  -  Faillite  -  Fake news  -  Fièvre  -  FNSEA  -  Fonds de pension  -  François Salachas  -  Frontex  -  Gaz lacrymogènes  -  Gaza  -  Gendarmerie nationale  -  Gilead  -  Glyphosate  -  Jane Goodall  -  Google  -  Greenpeace  -  Grippe  -  Benjamin Griveaux  -  Didier Guillaume  -  Hara-Kiri n° 73  -  Jean-Marie Harribey  -  Hôpital public  -  Soigner un hérisson  -  Hydroxychloroquine  -  IHU  -  Infiltrés  -  Inondations  -  Inovalys  -  INSEE  -  Internet  -  Investissements -  ISDS  -  Islam  -  Israël  -  Jérusalem  -  Justice  -    Justice d'exception  -  Laboratoire P4  -  Lactalis  -  Lait cru  -  Laïcité  -  Larry Fink  -  Légion d'honneur  -  Lévothyrox  -  Yves Lévy  -  Libération  -  Liberté de la presse  -  Libertés publiques  -  Ligue de protection des oiseaux  -  Loi Avia  -  Lois scélérates  -  Lubrizol  -  Luxfer  -  Emmanuel Macron  -  Mahjoubi  -  Malbouffe  -  Masques  -  Medef  -  Médias  -  Mediator  -  Médicaments  -  Médicaments orphelins  -  Merck  -  Migrants  -  Mila  -  Moustique-tigre  -  Mutilations génitales  -  Nationalisation  -  Néonicotinoïdes  -  Normandie  -  Obama nungara  -  OMS  -  Onze septembre  -  Or  -  Oxygène  -  Palestine  -  Pandémie  -  Paracétamol  -  Parti communiste français  -  Muriel Pénicaud  -  Pensée politique  -  Pensions  -  Pénurie de médicaments  -  Perte de poids  -  Pesticides  -  Plantes médicinales  -  Plaquenil  -  Edwy Plenel  -  Police aux frontières  -  Pollution  -  Porc contaminé  -  Pouvoir d'achat  -  Privatisations  -  Prostate  -  Prud'hommes  -  Publicité  -  Adrien Quattenens  -  Radioactivité  -  Didier Raoult  -  Rats  -  Recherche médicale  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Remdesivir  -  Réseaux sociaux  -  Respirateurs artificiels  -  Ressources en eau  -  Retraites  -  Fabien Roussel  -  Geoffroy Roux de Bézieux  -  François Ruffin  -  Ségolène Royal  -  Jérôme Salomon  -    Santé naturelle  -  Sécurité sociale  -  Gérard Simler  -  George Soros  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Sucre  -  Tchernobyl  -  Test Covid-19  -  Greta Thunberg  -  Thyroïde  -  Total  -  Tourisme  -  Tourterelle des bois  -  Travail dissimulé  -  Tricastin  -  Vaccins  -  Ventes d'armes  -  Olivier Véran  -  Voyage  -  Wuhan  -    

 

 

Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

 

Ces religieux qui propagent leur virus

04/13/2020

Beaucoup d'intégristes religieux se croient à l'abri du virus et refusent de se plier aux règles de confinement. Et ce, quelle que soit leur religion.

 

Natacha Devanda, Charlie Hebdo, 13 avril 2020

 

Dans la grande série, on n’est jamais déçu avec les religions, Charlie a profité des fêtes pascales pour mettre à jour notre tour du monde des prises de position les plus imbéciles – et criminelles – des religieux

 

Parmi les catholiques, le premier d’entre eux, le pape François, a été fidèle à lui-même. Dans cette période incroyable où tout s’arrête, le pape, après avoir exposé sa compassion aux malades, appelé à aider les plus pauvres et demandé l’annulation de la dette des pays pauvres, n’a pas pu s’empêcher de faire son habituelle fixette sur les femmes qui avortent. 

 

 

Pape François @Pontifex_fr

Faisons taire le cri de mort, ça suffit les guerres! Que cessent les avortements, qui tuent la vie innocente. Que s’ouvrent les cœurs de ceux qui ont, pour remplir les mains vides de ceux qui sont privés du nécessaire.

 

C’est le plus souvent devant les écrans que plus de deux milliards de fidèles chrétiens ont suivi les fêtes pascales. Mais tous n’ont pas voulu sacrifier au virtuel et certains n’en ont carrément rien à faire des conseils sanitaires. C’est le cas en Bulgarie, où gouvernement et clergé orthodoxe ont refusé la fermeture des églises pour Pâques. « L’infection ne peut pas se transmettre dans une église », a assuré le porte-parole du Synode bulgare. On peut toujours y croire. 

 

Plus près de nous, la paroisse de Saint-Nicolas-du-Chardonnet a encore fait des siennes. Dans la nuit de samedi à dimanche, le curé de la paroisse a appelé à une petite sauterie en latin dont ces cathos intégristes ont le secret avec musique et passes magiques traditionalistes, et – quand même – retransmission en direct sur leur chaîne Youtube.  

 

Alertés par le bruit, des voisins ont appelé la police. Le curé a écopé de 135 euros d’amende mais la quarantaine de cinglés qui a violé les consignes sanitaires a réussi à s’évaporer dans la nature. Voilà qui rappelle l’épisode malheureux des évangélistes de Mulhouse qui, une fois leur petite réunion finie, sont partis tranquillou balancer le Covid-19 partout en France. On dit merci qui ?   

 

 

À Jérusalem

 

Parmi les autres cinglés religieux qui pensent que leur foi peut les protéger de tout et donc du Covid-19, on trouve sans surprise les juifs ultra-orthodoxes. Si à Jérusalem, pour la première fois en plus d’un siècle, le Saint-Sépulcre – considéré comme le lieu le plus sacré du christianisme – était fermé au public, les ultra-orthodoxes juifs servent gentiment d’incubateurs au Covid. Ils ne suivent aucune des recommandations sanitaires, n’écoutent ni l'internet, ni la télé.

 

Dans les quartiers ultra-orthodoxes, certaines synagogues sont officiellement fermées. C’est marqué dessus en hébreu. Mais en plus petit, et tout en bas comme dans un contrat d’assurance, est inscrit en yiddish qu’une salle « pour étudier et prier » est bien ouverte. Pas étonnant alors, comme le note le ministère de la Santé du pays, que 75 % des infections sont localisées dans les quartiers orthodoxes de Jérusalem. Des lieux où, quand la police israélienne patrouille masquée et armée de matraques, elle se fait traiter de « nazis » par ces ultras. 

 

À cause de ces dingues de dieu, la situation ressemble à une bombe à retardement. À tel point que dimanche 12 avril, le gouvernement, selon la chaine israélienne i-24news, a décidé la fermeture de plusieurs quartiers ultra-orthodoxes de Jérusalem.   

 

Une fois les fêtes de Pâques passées (la Pâques juive se termine le 16 avril), la période du Ramadan prendra le flambeau. Cette année, c’est autour du 24 avril que doivent commencer les festivités musulmanes. 

 

« Certains donnent la priorité aux rituels religieux, qu’ils placent au-dessus de tout, même de la science médicale »

 

Pour le moment, les autorités religieuses musulmanes soutiennent les mesures de lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, en allant parfois jusqu’à autoriser les fidèles à des comportements peu conformes à l’orthodoxie. Mais, des voix discordantes se sont élevées dès les mesures de fermeture des mosquées.  

 

Au Maroc, par exemple, le prédicateur salafiste Abou Naïm, connu pour son extrémisme, a accusé les autorités «  d’apostasie  » pour avoir décidé de fermer les lieux de culte. Il a été arrêté pour «  terrorisme  ». En Algérie, l’imam Chems Eddine Aldjazairi a affirmé sur Facebook avoir « peur que Dieu nous ait envoyé ce virus pour qu’on revienne à lui et quand il verra que nous avons fermé les mosquées, il nous enverra un autre virus plus virulent ». 

 

En Iran, un des principaux foyers mondiaux de l’épidémie, ça gamberge pas mal sur l’épineuse question : science et religion. « Certains donnent la priorité aux rituels religieux, qu’ils placent au-dessus de tout, même de la science médicale, explique l’universitaire et théologien Mohsen Alviri, quand d’autres « pensent qu’on peut abandonner les prières obligatoires pour sauver la vie d’un être humain ». C’est l’ayatollah Khamenei qui a tranché : soutien au corps médical et aux décisions prises par le gouvernement. 

 

En France, les autorités musulmanes ont, comme l’ensemble des autres dignitaires religieux, accepté de faire bonne figure devant les mesures gouvernementales. « Le président a eu un langage de vérité : les fêtes, compte tenu de la situation actuelle, ne peuvent pas s’organiser comme cela se fait habituellement », avait déclaré à l’AFP le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Mohammed Moussaoui lors de la réunion du 23 mars où Emmanuel Macron avait rencontré les responsables des principaux cultes (juif, musulman, catholique, protestant, bouddhiste, orthodoxe) ainsi que des associations laïques et de francs-maçons.  

 

Pour le moment, tout le monde est suspendu à la parole non pas divine mais présidentielle pour savoir jusqu’à quand durera le confinement. Mais, « d’après les autorités sanitaires de notre pays, le confinement lié à la crise de (COVID19) risque de se prolonger pendant plusieurs semaines », note le CFCM. Et donc au-delà du début du Ramadan. « L’interdiction de tout rassemblement physique de personnes ainsi que la fermeture des lieux de culte pendant toute cette période de confinement entraîneraient très probablement la suspension de nombreuses activités du mois de Ramadan dans leurs formats habituels. »

 

Jeûner quand on bosse c’est déjà pas facile mais quand on reste toute la journée chez soi, c’est encore moins évident. Surtout que les productions télés moyen-orientales qui pour le ramadan produisent un tas de soap-opera ou plutôt les « mosalsalat », ces séries diffusées la nuit qui vont des drames sentimentaux aux comédies familiales en passant par les sagas historiques ou des thrillers sont totalement interrompues et risquent de manquer au programme et aux fidèles qui en avalent un max. Finalement, les musulmans seront peut être ceux qui respecteront le mieux les conseils sanitaires de ce confinement : éviter de regarder trop la télé et ne pas grignoter toute la journée. ●

Confiné mais pas abattu, le mouvement social s’organise Coronavirus, lettre ouverte à l'ordre des Médecins