Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Ce blog a été créé récemment pour remplacer la page "Humeurs"


et il évoluera au fil... de mes humeurs, justement.


Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.


Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !

 

 -  Alstom  -  La Barthelasse  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  Démarchage téléphonique  -  Empreinte carbone  -  Hara-Kiri n° 73  -  Lévothyrox  -  Soigner un hérisson  -  Inondations  -  11 septembre  -  Pénurie de médicaments - Perte de poids  -  Plantes médicinales  -  Valeurs perdues d'Edwy Plenel  -  Porc contaminé  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Ressources en eau  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Vaccins obligatoires  -  Ventes d'armes  - 


Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

Qui sauvera la planète, demain ?

09/21/2019

Réduire son empreinte carbone

Oui mais...

 

La lettre de Jean-Marc Dupuis, du 2 juin 2019

Chère lectrice, cher lecteur,

Lors du dernier rapport du GIEC sur le climat, l’Agence France-Presse a publié un tweet pour inviter les gens à « avoir un enfant de moins », ceci afin de « réduire son empreinte carbone ».




Il est vrai que cela paraît fou d’être si nombreux sur Terre. Et les enfants commencent à polluer dès leur première semaine de vie avec des montagnes de couches ! Il paraît logique, donc, que les personnes responsables décident d’avoir moins d’enfants, voire pas d’enfant du tout.

Mais cela pose un autre type de problème :

Les personnes les plus sensibles à l’environnement sont les mieux placées pour mettre au monde et éduquer les enfants dont la planète aura besoin demain.

Il nous faut des ingénieurs, des littéraires, des politiques, des leaders, etc., conscients des enjeux environnementaux, donc élevés dans des valeurs de respect de la nature et de la vie. D'où viendront-ils, si les personnes les plus sensibles, les mieux informées des problèmes, décident de ne plus avoir d'enfants ? 


Pour sauver la planète :


  • il va falloir de très bons ingénieurs, de très bons chercheurs pour inventer au plus vite les solutions technologiques vertes ;

  • il va falloir de très bons techniciens pour appliquer ces solutions sur le terrain ;

  • il va falloir de très bons littéraires pour écrire, parler, communiquer, et convaincre nos concitoyens et citoyens du monde qui n’ont pas encore compris l’urgence qu’il y a à changer ;

  • il va falloir des responsables politiques pour prendre les bonnes décisions (règlements, conventions internationales, etc.) ;

  • il va falloir des organisateurs, des chefs de projet, des responsables de toutes sortes, des leaders capables d’animer, de motiver les autres.


Si quelqu'un met au monde des enfants qui rempliront ces tâches demain, il contribuera à protéger la planète sur le long terme, pas à la détruire. 

Tout dépend donc de l'éducation et des valeurs que l'on donne aux enfants. Si on les élève à circuler en voiture, en avion, et à passer leur temps libre dans les centres commerciaux ou devant la télé, c'est sûr, ce n'est pas ça qui va améliorer les choses.

Mais les projets ne manquent pas pour protéger les sols, les cours d’eau, l’air, le climat, les océans, les oiseaux, les insectes, et transformer les transports, l’habitat, la production d’aliments et d’énergie. Il va falloir des têtes et des bras pour cela, et surtout des enfants sensibilisés et compétents. Ils ne vont pas tomber du ciel.

Si seules les personnes qui n’ont aucune conscience écologique ont des enfants, bonjour les dégâts !

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Illusions d'optique et perte de poids ! Paix ou ventes d’armes : Macron doit choisir