Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Ce blog a été créé très récemment pour remplacer la page "Humeurs"


et il évoluera au fil... de mes humeurs, justement.


Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.

 

Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !


Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

Religions

10/06/2019

Religions

El sueño de la razón produce monstruos

Le sommeil de la raison produit des monstres

(Goya)

 

Croyants ou crédules, c'est pareil, n'oubliez jamais cette gravure de Goya :

El sueño de la razón produce monstruos

Le sommeil de la raison produit des monstres

Comme des milliers de petits Français, j'ai cru jadis aux fables que l'on m'enseignait au catéchisme.

 

Je voudrais malgré tout vous parler du curé de mon village, l'Abbé Jean-Marie Philippot. C'était "un type bien", obligé probablement d'entrer dans les ordres par tradition ou obligation familiale plutôt que par vocation, toujours prêt à aider ses paroissiens en toutes choses, y compris pour des soins infirmiers. Il avait son franc-parler et n'hésitait pas à lever le coude en bonne compagnie, de préférence autour d'un jeu de tarot. Il joua également, je l'ai appris par la suite, un rôle important dans les réseaux de Résistance.

 

Était-il vraiment croyant ? Pas sûr...

 

Pour l'anecdote il y avait dans la commune Jean-Marie noir, le curé, et Jean-Marie blanc, le boulanger.

 

Vers neuf ans, une vilaine maladie m'a conduit à effectuer des séjours dans plusieurs hôpitaux, où j'ai vu des horreurs qui restent à jamais gravées dans ma mémoire. Je suis sorti de cette mauvaise passe au bout d'un an, convaincu que le "bon" dieu dont on m'avait conté la légende et les mérites était en fait, à supposer seulement qu'il existe, un être fondamentalement sadique, abject et détestable à tous points de vue. J'ai définitivement perdu la foi à cette époque.

 

Cela n'a pas empêché l'Abbé Philippot de m'enseigner le latin pendant les grandes vacances de 1955,  j'ai pu ainsi passer d'une classe de 6e en Cours complémentaire (les collèges ruraux de l'époque) à une classe de 5e "Pilote" au Lycée Carnot à Dijon. Cet homme cultivé partageait volontiers son savoir, il était estimé de tous et je me devais de profiter de ces quelques lignes pour lui rendre hommage.

 

 

Je fais miennes ces quelques pensées :

 

  • Je suis inculte, car je n'en pratique aucun, et insecte, car je me méfie de toutes (Raymond Queneau)

 

  • L'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions (Théodore Monod)

 

  • Doutez de votre foi ! (le contrepéteur de service)

 

Et à propos du pari de Pascal, les premiers mots qui me viennent à l'esprit sont "imposture" et "lâcheté".

Illusions d'optique et perte de poids !