Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.

 

Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !

 

Abeilles  -  Actionnaires  -  Additif alimentaire  -  Aedes albopictus  -  Âge pivot  -  Agriculture bio  -  Alstom  -  Amandes  -  Amazon  -  ANDRA  -  Anonymat  -  ANSM  -  Arnaques  -  Aspartame  -  Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT)  -  Attal  -  La Barthelasse  - Nicole Belloubet  -  BLACKROCK  -  Blasphème  -  Bruno Le Maire  -  Bure  -  Agnès Buzyn  -  Camembert  -  Capitalisme  -  Cellule Demeter  -  Censure  -  Centrale nucléaire  -  Certification  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Chine  -  Chloroquine  -  Cigéo  -  Climat  -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  Confédération paysanne  -  Confinement  -  Conflit d'intérêts  -  Congé pour la perte d'un enfant  -  Conseil d’État  -  Contrat de travail  -  Copyright  -  Coronavirus  -  Cours d'eau  -  Ambroise Croizat  -  Darmanin  -  Déchets nucléaires  -  Jean-Paul Delevoye  -  Deliveroo  -  Démarchage téléphonique  -  Demeter  -  Gilbert Deray  -  Didier Desert  -  Dioxyde de titane  -  Dividendes  -  E 171  -  Empreinte carbone  -  Épargne  -  Espérance de vie en bonne santé  -  États-Unis  -  Fake news  -  Fièvre  -  FNSEA  -  Fonds de pension  -  François Salachas  -  Frontex  -  Gaza  -  Gendarmerie nationale  -  Glyphosate  -  Google  -  Greenpeace  -  Griveaux  -  Didier Guillaume  -  Hara-Kiri n° 73  -  Hôpital public  -  Soigner un hérisson  -  Hydroxychloroquine  -  IHU  -  Infiltrés  -  Inondations  -  Internet  -  Investissements -  ISDS  -  Islam  -  Israël  -  Justice d'exception  -  Lactalis  -  Lait cru  -  Laïcité  -  Larry Fink  -  Légion d'honneur  -  Lévothyrox  -  Yves Lévy  -  Libération  -  Libertés publiques  -  Loi Avia  -  Lois scélérates  -  Lubrizol  -  Luxfer  -  Emmanuel Macron  -  Mahjoubi  -  Malbouffe  -  Masques  -  Mediator  -  Médicaments  -  Merck  -  Migrants  -  Mila  -  Moustique-tigre  -  Mutilations génitales  -  Nationalisation  -  Néonicotinoïdes  -  Normandie  -  Onze septembre  -  Or  -  Oxygène  -  Pandémie  -  Paracétamol  -  Parti communiste français  -  Pensée politique  -  Pensions  -  Pénurie de médicaments  -  Perte de poids  -  Pesticides  -  Plantes médicinales  -  Plaquenil  -  Pollution  -   Valeurs perdues d'Edwy Plenel  -  Police aux frontières  -  Pollution  -  Porc contaminé  -  Privatisations  -  Prostate  -  Prud'hommes  -  Adrien Quattenens  -  Didier Raoult  -  Rats  -  Recherche médicale  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Réseaux sociaux  -  Ressources en eau  -  Retraites  -  Fabien Roussel  -  Santé naturelle  -  Sécurité sociale  -  Ségolène Royal  -  George Soros  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Sucre  -  Greta Thunberg  -  Thyroïde  -  Total  -  Travail dissimulé  -  Tricastin  -  Vaccins obligatoires  -  Ventes d'armes  -  Olivier Véran  -  

 

 

Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

 

Le conte du samouraï insulté

02/29/2020

Un peu de sagesse

 

Lettre Santé-Nature-Innovation du 1er mars 2020

Un vieux samouraï se consacrait à enseigner son art aux jeunes. Il était réputé pour sa sagesse et on murmurait qu’il était capable de battre n’importe quel adversaire.

Un jour arriva un guerrier que l’on connaissait pour sa technique de provocation : il attendait que son adversaire fasse le premier mouvement et, doué d’une intelligence rare pour profiter des erreurs de l’autre, il contre-attaquait avec la rapidité de l’éclair.

Ce jeune guerrier n’avait jamais perdu un combat. Comme il connaissait la réputation du vieux samouraï, il était venu pour le vaincre et accroître sa gloire. Le vieux maître accepta le défi.


Ils se réunirent alors sur une place et tous les élèves vinrent encourager leur maître. Le jeune guerrier commença à insulter son adversaire, puis lui lança des pierres et lui cracha au visage. Pendant des heures, il fit tout pour provoquer le maître qui restait impassible. À la tombée de la nuit, se sentant épuisé et humilié, le guerrier se retira.

Dépités d’avoir vu leur maître accepter autant d’insultes et de provocations, les élèves l’interrogèrent :

– “Comment avez-vous pu supporter une telle humiliation ? Pourquoi ne vous êtes-vous pas servi de votre épée pour vous défendre ?”

– “Si quelqu’un vous tend un cadeau et que vous ne l’acceptez pas, à qui appartient le cadeau ?”, demanda le vieux samouraï.

– “À celui qui voulait le donner ?” suggéra l’un des disciples.

– “C’est exact. Et cela vaut aussi pour la rage et les insultes,” dit le maître. “Lorsqu’elles ne sont pas acceptées, elles appartiennent toujours à celui qui les porte dans son cœur.”



Chère lectrice, cher lecteur,

En lisant ce conte, j’ai pensé à vous, c’est pourquoi je me suis permis de vous l’envoyer.

Il nous rappelle que le seul pouvoir que les autres ont sur nous, c’est celui que nous acceptons de leur donner.

Ainsi, si quelqu’un nous critique, ou nous complimente, et que nous adaptons notre comportement pour qu’il cesse de nous critiquer et qu’il renouvelle ses compliments, c’est comme si nous acceptions de devenir sa marionnette, et de laisser tirer les fils pour nous faire bouger.

Mais nous ne sommes pas faits pour être, toute notre vie, la marionnette d’un autre.

Nous pouvons nous en accommoder quelques temps, en particulier dans l’enfance.

Mais dans la vie adulte, nous avons une partie de nous qui réclame de pouvoir vivre une vie autonome, indépendante du regard, et donc de la volonté, des autres.

Ignorer cela, ou chercher à être heureux tout en étant l’esclave de quelqu’un d’autre, est illusoire. Cela ne marche jamais sur le long terme.

Ainsi le samouraï qui laisse l’autre l’insulter, le provoquer, sans se laisser dicter sa conduite, sans se laisser déterminer par les paroles de l’autre, est-il un modèle de sagesse, et de bonheur.

Ce n’est pas facile, évidemment, de l’imiter. Mais c’est la voie vers la sérénité.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Griveaux, coronavirus... Coronavirus : l’art de faire peur pour rien…