Le site photo de Jean-Jacques MILAN

Annales  -  Octobre 2019

---ooo000ooo---

 

 

septembre 2019  <  >  novembre 2019

 

 

 

30 octobre 2019
 

 

Valeo-Amiens : on innove ici, on produit au loin ? 

L’État est le premier actionnaire de Valeo. Pourtant, les millions versés pour l'innovation ne servent pas à la production ici...  >>>>>

M. François Ruffin interpelle M. le ministre de l’économie et des finances à propos des innovations conçues sur le site Valeo d’Amiens et produites ailleurs.

Le directeur de Valeo-Amiens l’a annoncé en réunion : en 2018, après plusieurs années dans le rouge, le site picard aurait de nouveau subi un déficit de quinze millions d’euros. L’usine compterait « une centaine de structures en trop », c’est-à-dire une centaine de personnes employées dans l’encadrement, dans la maitrise, dans les fonctions de support technique. En guise de reclassement, la direction proposerait de les « mettre en production », ce qui parait peu réaliste pour des salariés fortement qualifiés. Le PSE est imminent, 120 licenciements seraient en vue. Mais au-delà, c’est tout l’avenir du site amiénois qui paraît bien sombre.

 

 

16 octobre 2019
 

 

Comment rendre le carburant hydrogène plus écologique ?  The conversation  >>>>>

Impératifs climatiques obligent, la recherche d’énergies alternatives aux carburants fossiles mobilise tant les chercheurs que les citoyens. Parmi les solutions en vogue, mais néanmoins souvent controversées, le moteur à hydrogène. Même les trottinettes s’y mettent ! Le fonctionnement est simple : soit l’énergie générée est de nature mécanique grâce à la combustion de l’hydrogène en étant raccordée à un réservoir (comme nos moteurs de voiture actuels) ; soit l’énergie générée est électrique, par oxydation de l’hydrogène dans une pile à combustible.

 

 

15 octobre 2019
 

 

L'alimentation n'est pas une marchandise comme les autres  The conversation  >>>>>

L’alimentation est à l’agenda international depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 proclame, sans ambiguïtés, dans son article 25, le droit à l’alimentation. Ce droit est réitéré et précisé en 1966 dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Les Nations unies lui dédient en 2015 un des Objectifs de développement durable : l’élimination de la faim d’ici 2030.

Et pourtant, près d’un milliard de personnes, soit une personne sur neuf, souffre de malnutrition.

 

 

Études interdites sur notre santé et les abeilles  Danactu-résistance  >>>>>

Imaginez : vous ou votre enfant tombez gravement malade. D'une maladie rare, et à ce jour incurable. Les médecins et chercheurs qui s'occupent de vous découvrent que l'origine de votre maladie est due à la déficience d'une enzyme indispensable à la respiration cellulaire.

Ils se rendent compte que des millions de tonnes d'un produit chimique qui a spécifiquement pour effet de bloquer cette enzyme, sont répandues partout dans la nature – on en retrouve dans les aliments, l'air, l'eau, les pelouses, les champs... au point d'affecter l'ensemble de la population.

Pourtant, les autorités sanitaires refusent de réagir. Pire : elles font tout pour étouffer l'affaire...

Cette histoire n'est malheureusement pas une fiction. C'est ce qui est en train de se passer, en ce moment même, dans notre pays.

 

 

11 octobre 2019
 

 

Mastodon, Diaspora, PeerTube... : des alternatives « libres » face aux géants du Net et à leur monde orwellien  >>>>>

En vingt ans, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ont investi notre quotidien, colonisé nos imaginaires, mis la main sur nos données personnelles. Peut-on leur échapper ? Pour chacun de ces services, les alternatives aux « Gafam » existent déjà, et rassemblent, pour certaines d’entre elles, plusieurs millions d’utilisateurs. Basta ! vous les présente.

« Utiliser un logiciel libre, c’est reprendre collectivement le contrôle sur l’outil l’informatique »

 

 

10 octobre 2019

 

 

On l'envoie au tribunal car son fauteuil roulant est une « arme par destination »  >>>>>

Le procès d’Odile Maurin, gilet jaune toulousaine handicapée et présidente de l’association Handi-Social, aura finalement lieu le 6 décembre au TGI de Toulouse. Les accusations dont elle est l’objet peuvent pourtant paraître farfelues. Le 30 mars 2019, lors de l’Acte 20 des gilets jaunes, elle avait fait face au canon à eau venu disperser la manif toulousaine. Déplacée sous la contrainte par les forces de l’ordre, elle est accusée d’avoir utilisé son fauteuil roulant comme une « arme par destination » en fonçant sur deux policiers.

 

 

écologie

Vendée

artificialisation des terres

port de plaisance

zone naturelle classée

ZAD de la dune

Brétignolles-sur-Mer

littoral atlantique

 

En Vendée, la « ZAD de la Dune » contre un projet d'artificialisation du littoral

Cet été, le préfet de Vendée a déclaré d’utilité publique un projet de port de plaisance au sein d’une zone naturelle classée...

La « ZAD de la Dune » bloque les pelleteuses depuis le début de la semaine.

Ils refusent le déboisement massif de la végétation du littoral et l’aplanissement de la dune à coup de bulldozers. Depuis le 6 octobre, une zone à défendre (ZAD) s’est établie à Brétignolles-sur-Mer, une commune de 4500 habitants en Vendée, pour bloquer les travaux. En ligne de mire : un projet de port de plaisance de 915 « anneaux » (ou emplacements), porté depuis 2001 par Christophe Chabot, le maire (divers droite) de la commune, également président de la communauté de communes.

avec une vidéo de 23 s

https://www.bastamag.net/ZAD-littoral-Bretignolles-sur-Mer-zone-humide-Vendee-port-de-plaisance-surfrider

 

 

 

4 octobre 2019

 

 

Ces labos qui s’engraissent sur notre dos  >>>>>

Je pensais qu’on avait touché le fond…Mais là, ça dépasse tout ce que j’aurais pu imaginer. Avec 20 dollars, des lycéens australiens sont parvenus à répliquer le principe actif du Daraprim, un médicament vendu 35 000 dollars !!! Soit 32 000 euros. Bien entendu, peu de patients paient cash leur Daraprim à 35 000 dollars… La somme est en général prise en charge par les assurances santé. Mais que ces assurances soient publiques ou privées, ce sont au bout du compte les citoyens qui payent, et la collectivité qui s’appauvrit – mis à part les labos.

 

 

Climat : l'ampleur réelle du problème  Santé Nature Innovation  >>>>>

Des choix de plus en plus compliqués pour le climat (Sommes-nous absolument certains que nous avons le problème bien en main ??)

Je suis prêt à faire tous les efforts nécessaires, et beaucoup partagent ma motivation en Europe, aux États-Unis, en Australie…

Mais n’oublions pas que ces pays ne comptent plus, aujourd’hui, que 15 % de la population mondiale.

Ils ne sont, en outre, plus du tout aussi « riches » par rapport aux autres : les pays occidentaux représentent une part constamment décroissante de l’économie, avec des populations vieillissantes et de plus en plus marginalisées financièrement.

Plus de 85 % de la population mondiale se trouve dans le reste du monde (Chine, Inde, Afrique, Brésil, Mexique…) qui connaissent une explosion de leur consommation en énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon), de très forts taux de croissance et de plus en plus… de multimillionnaires qui ne paraissent pas concernés outre-mesure par ces problèmes dont on nous dit pourtant que leurs concitoyens sont les premières victimes.

 

 

3 octobre 2019

 

 

L'industrie pharmaceutique émet plus de gaz à effet de serre que l’industrie automobile  The conversation  >>>>>

Rarement l'industrie pharmaceutique n'évoque des images de cheminées de fumée, de pollution et de dommages à l'environnement.

Pourtant, notre étude récente a révélé que l'industrie pharmaceutique mondiale est non seulement un contributeur important au réchauffement climatique, mais qu'elle est également plus polluante que le secteur mondial de la fabrication automobile.

Notre première surprise était de constater le peu d'attention accordée par les chercheurs aux émissions de gaz à effet de serre de cette industrie. Seules deux autres études avaient une certaine pertinence : l'une portait sur l'impact écologique du système de santé américain et l'autre sur la pollution (surtout l'eau) rejetée par les fabricants de médicaments.

 

 

2 octobre 2019

 

 

DIRECTIVE COPYRIGHT : Google contourne habilement l'article 11. Les politiciens, hébétés, fulminent  >>>>>

Lorsqu’on prévient que tout va mal se passer, on est forcément désolé de constater que tout se passe comme prévu, c’est-à-dire mal. C’est exactement ce qui se déroule avec l’intervention massive des pouvoirs publics dans le domaine de l’Internet.

Cet interventionnisme débridé s’est traduit, ces dernières années, par la mise en place d’un règlement (le RGPD) et d’une directive, dite Copyright.

J’avais ainsi, dans de précédents articles, détaillé la mise en place de ce règlement au départ destiné à protéger les petits internautes, bipèdes un peu idiots que seules les administrations semblaient capables de protéger des entreprises turbocapitalistes ultralibérales assoiffées de leurs données personnelles, et j’avais correctement noté que ces mesures aboutiraient fort probablement à une palanquée d’effets pervers imprévus. C’est sans surprise qu’on découvrait ensuite que ce règlement avait essentiellement défavorisé les petites entreprises et largement favorisé les grosses.

Soit exactement l’effet inverse de celui recherché.

 

 

Cette vaste pollution dont on ne parle jamais  Association Santé Naturelle  >>>>>

Des millions de Français avalent des médicaments anti-cholestérol (statines) tous les jours… …alors qu’il n’a jamais été prouvé qu’ils sauvent des vies[1].

Des millions de Français prennent tous les jours des médicaments anti-dépresseurs… …alors que les études scientifiques récentes montrent qu’ils sont globalement inefficaces[2].

Des millions de Français utilisent tous les jours des médicaments anti-acides (IPP) contre les brûlures d’estomac… …alors que ces pilules sont soupçonnées de provoquer des crises cardiaques[3], des maladies d’Alzheimer[4] ainsi que des problèmes rénaux graves[5].

Clairement, c’est le patient la première victime des excès du « tout médicament chimique ».

Mais il y a un autre scandale, dont on ne parle jamais.

C’est que le « tout médicament chimique » frappe aussi ceux qui ne prennent aucun médicament !! Car savez-vous où finissent les milliers de tonnes de médicaments ?

Dans l'eau de notre planète : antibiotiques, anti-inflammatoires, pilules, etc.

 

 

 

septembre 2019  <  >  novembre 2019