Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.

 

Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !

 

Abeilles  -  Actionnaires  -  Additif alimentaire  -  Aedes albopictus  -  Âge pivot  -  Agriculture bio  -  Alstom  -  Amandes  -  Amazon  -  ANDRA  -  Anonymat  -  ANSM  -  Arnaques  -  Aspartame  -  Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT)  -  Attal  -  La Barthelasse  - Nicole Belloubet  -  BLACKROCK  -  Blasphème  -  Bruno Le Maire  -  Bure  -  Agnès Buzyn  -  Camembert  -  Capitalisme  -  Cellule Demeter  -  Censure  -  Centrale nucléaire  -  Certification  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Chine  -  Chloroquine  -  Cigéo  -  Climat  -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  Confédération paysanne  -  Confinement  -  Conflit d'intérêts  -  Congé pour la perte d'un enfant  -  Conseil d’État  -  Contrat de travail  -  Copyright  -  Coronavirus  -  Cours d'eau  -  Ambroise Croizat  -  Darmanin  -  Déchets nucléaires  -  Jean-Paul Delevoye  -  Deliveroo  -  Démarchage téléphonique  -  Demeter  -  Gilbert Deray  -  Didier Desert  -  Dioxyde de titane  -  Dividendes  -  E 171  -  Empreinte carbone  -  Épargne  -  Espérance de vie en bonne santé  -  États-Unis  -  Fake news  -  Fièvre  -  FNSEA  -  Fonds de pension  -  François Salachas  -  Frontex  -  Gaza  -  Gendarmerie nationale  -  Glyphosate  -  Google  -  Greenpeace  -  Griveaux  -  Didier Guillaume  -  Hara-Kiri n° 73  -  Hôpital public  -  Soigner un hérisson  -  Hydroxychloroquine  -  IHU  -  Infiltrés  -  Inondations  -  Internet  -  Investissements -  ISDS  -  Islam  -  Israël  -  Justice d'exception  -  Lactalis  -  Lait cru  -  Laïcité  -  Larry Fink  -  Légion d'honneur  -  Lévothyrox  -  Yves Lévy  -  Libération  -  Libertés publiques  -  Loi Avia  -  Lois scélérates  -  Lubrizol  -  Luxfer  -  Emmanuel Macron  -  Mahjoubi  -  Malbouffe  -  Masques  -  Mediator  -  Médicaments  -  Merck  -  Migrants  -  Mila  -  Moustique-tigre  -  Mutilations génitales  -  Nationalisation  -  Néonicotinoïdes  -  Normandie  -  Onze septembre  -  Or  -  Oxygène  -  Pandémie  -  Paracétamol  -  Parti communiste français  -  Pensée politique  -  Pensions  -  Pénurie de médicaments  -  Perte de poids  -  Pesticides  -  Plantes médicinales  -  Plaquenil  -  Pollution  -   Valeurs perdues d'Edwy Plenel  -  Police aux frontières  -  Pollution  -  Porc contaminé  -  Privatisations  -  Prostate  -  Prud'hommes  -  Adrien Quattenens  -  Didier Raoult  -  Rats  -  Recherche médicale  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Réseaux sociaux  -  Ressources en eau  -  Retraites  -  Fabien Roussel  -  Santé naturelle  -  Sécurité sociale  -  Ségolène Royal  -  George Soros  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Sucre  -  Greta Thunberg  -  Thyroïde  -  Total  -  Travail dissimulé  -  Tricastin  -  Vaccins obligatoires  -  Ventes d'armes  -  Olivier Véran  -  

 

 

Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

 

Pourquoi j’ai décidé de ne pas vous parler du coronavirus

03/03/2020

Face au coronavirus, soyez naïf !

 

Lettre de Pure Santé du 4 mars 2020, par Florent Cavaler

 

Face au coronavirus, soyez naïf !

 

Chère lectrice, cher lecteur,

 

Je vous avoue que j’en ai ras le bol d’entendre parler du coronavirus à tout bout de champ. Dans la rue, dans le métro, au restaurant… tout le monde n’a plus que ce mot à la bouche. Sans parler des médias, qui en font leurs choux gras depuis des mois à coups de gros titres alarmistes.

 

C’est à celui qui crie le plus fort !

 

Je refuse de jouer ce petit jeu, de lancer des hypothèses fumeuses sur l’origine du virus, de trouver une nouvelle façon de dire ce qu’on a déjà entendu des centaines de fois… D’autres font cela mieux que moi. Et si vous cherchez des informations sur le sujet, vous n’aurez aucune peine à en trouver ailleurs.

 

Dans cette lettre, j’aimerais plutôt vous inviter à vous évader de cette morosité ambiante.

 

La vie continue et ce serait dommage de vous priver de bons moments à cause de ce coronavirus (ce n’est pas parce que la bourse s’effondre que votre humeur doit faire pareil). Voici mon conseil pour ne pas vous laisser « contaminer » par l’ambiance anxiogène du moment.

 

 

Éloge de la naïveté

 

Aujourd’hui, la naïveté est vue comme un défaut. Quand on traite quelqu’un de naïf, c’est pour se moquer de sa crédulité. Le naïf, c’est celui qui est un peu niais, facile à tromper et qui comprend tout au premier degré au point de se ridiculiser devant les autres.

 

Mais cela n’a pas toujours été le cas.

 

Au Moyen-Âge et à la Renaissance, la naïveté était vue comme une grande qualité. D’ailleurs, le mot « naïveté » vient du latin nativus, qui signifie « qui naît, inné, naturel ». C’est l’état du nouveau-né. À sa naissance, le bébé est connecté à sa nature, spontané, à l’écoute de ses instincts. Il vit au jour le jour, sans anticiper le futur. Et surtout, il a une grande capacité d’émerveillement. Il est impressionné par tout ce qu’il voit, touche, goûte, sent…

 

Pour ne pas céder à la panique ambiante, je vous propose de vous comporter comme ce nouveau-né.

 

Le grand stoïcien grec Épictète disait qu’il est inutile de se soucier de ce qui ne dépend pas de nous.

 

Des microbes, il y en a partout : dans la rue, chez vous, sur votre peau, dans vos intestins… Nous cohabitons avec eux depuis toujours et cela n’est pas près de changer. Comme nous, ces microbes se reproduisent, évoluent, voyagent… Bref, ils font leur petite vie dans leur coin.

 

De nouveaux virus apparaissent tous les jours. Cela ne sert à rien de s’inquiéter parce que le monde entier a décidé de focaliser son attention sur un virus parmi des milliards d’autres.

 

Soyez naïf ! Vivez au jour le jour, sans vous inquiéter des contingences. Cela ne veut pas dire qu’il faut vivre avec des œillères et ignorer la misère du monde.

Non, il est indispensable de se tenir informé et d’avoir un regard critique sur ce qui se passe dans le monde. Mais cela ne doit pas influencer notre moral. Nous ne devons pas perdre notre « âme d’enfant », notre capacité à nous réjouir et à apprécier les bons moments de la vie.

 

Si vous êtes en bonne santé, profitez-en. Continuez de faire ce que vous aimez et de vous émerveiller de ce qui vous entoure. Et pourquoi ne pas commencer dès maintenant ?

 

 

Ce qui devrait faire la une de tous les journaux (selon moi)

 

Vous l’avez peut-être remarqué : en ce moment, la lumière est magnifique. En fin de journée, quand le soleil est bas, la lumière est rasante, les ombres s’allongent et les paysages se parent de couleurs chaudes. Et au coucher du soleil, le ciel devient vif, rougeoyant comme de la braise.

 

Le moment est idéal pour sortir de chez vous, aller vous promener et vous émerveiller devant les paysages somptueux que nous offre la météo.

Et c’est encore mieux si vous pouvez sortir de la ville et vous rendre dans la nature.

 

À la place des articles creux sur le coronavirus, les journaux feraient mieux de nous vanter la beauté de la nature, avec de belles images qui remontent le moral.

Ils pourraient aussi nous rappeler les bienfaits des promenades en forêt.

 

Des chercheurs japonais ont par exemple montré que 15 minutes en pleine nature suffiraient à soulager les humeurs négatives, les tensions, ou encore la fatigue. La marche en forêt serait particulièrement efficace pour réduire l’anxiété (ça tombe bien, non ?).

 

Mais c’est sûr que ce serait beaucoup moins vendeur…

 

Amicalement,

 

Florent Cavaler

 

5 signes que vous êtes en train de faire un AVC… Griveaux, coronavirus...