Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.

 

Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !

 

Abeilles  -  Actionnaires  -  Additif alimentaire  -  Aedes albopictus  -  Âge pivot  -  Agriculture bio  -  Alstom  -  Amandes  -  Amazon  -  ANDRA  -  Anonymat  -  ANSM  -  Arnaques  -  Aspartame  -  Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT)  -  Attal  -  La Barthelasse  - Nicole Belloubet  -  BLACKROCK  -  Blasphème  -  Bruno Le Maire  -  Bure  -  Agnès Buzyn  -  Camembert  -  Capitalisme  -  Cellule Demeter  -  Censure  -  Centrale nucléaire  -  Certification  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Chine  -  Chloroquine  -  Cigéo  -  Climat  -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  Confédération paysanne  -  Confinement  -  Conflit d'intérêts  -  Congé pour la perte d'un enfant  -  Conseil d’État  -  Contrat de travail  -  Copyright  -  Coronavirus  -  Cours d'eau  -  Ambroise Croizat  -  Darmanin  -  Déchets nucléaires  -  Jean-Paul Delevoye  -  Deliveroo  -  Démarchage téléphonique  -  Demeter  -  Gilbert Deray  -  Didier Desert  -  Dioxyde de titane  -  Dividendes  -  E 171  -  Empreinte carbone  -  Épargne  -  Espérance de vie en bonne santé  -  États-Unis  -  Fake news  -  Fièvre  -  FNSEA  -  Fonds de pension  -  François Salachas  -  Frontex  -  Gaza  -  Gendarmerie nationale  -  Glyphosate  -  Google  -  Greenpeace  -  Griveaux  -  Didier Guillaume  -  Hara-Kiri n° 73  -  Hôpital public  -  Soigner un hérisson  -  Hydroxychloroquine  -  IHU  -  Infiltrés  -  Inondations  -  Internet  -  Investissements -  ISDS  -  Islam  -  Israël  -  Justice d'exception  -  Lactalis  -  Lait cru  -  Laïcité  -  Larry Fink  -  Légion d'honneur  -  Lévothyrox  -  Yves Lévy  -  Libération  -  Libertés publiques  -  Loi Avia  -  Lois scélérates  -  Lubrizol  -  Luxfer  -  Emmanuel Macron  -  Mahjoubi  -  Malbouffe  -  Masques  -  Mediator  -  Médicaments  -  Merck  -  Migrants  -  Mila  -  Moustique-tigre  -  Mutilations génitales  -  Nationalisation  -  Néonicotinoïdes  -  Normandie  -  Onze septembre  -  Or  -  Oxygène  -  Pandémie  -  Paracétamol  -  Parti communiste français  -  Pensée politique  -  Pensions  -  Pénurie de médicaments  -  Perte de poids  -  Pesticides  -  Plantes médicinales  -  Plaquenil  -  Pollution  -   Valeurs perdues d'Edwy Plenel  -  Police aux frontières  -  Pollution  -  Porc contaminé  -  Privatisations  -  Prostate  -  Prud'hommes  -  Adrien Quattenens  -  Didier Raoult  -  Rats  -  Recherche médicale  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Réseaux sociaux  -  Ressources en eau  -  Retraites  -  Fabien Roussel  -  Santé naturelle  -  Sécurité sociale  -  Ségolène Royal  -  George Soros  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Sucre  -  Greta Thunberg  -  Thyroïde  -  Total  -  Travail dissimulé  -  Tricastin  -  Vaccins obligatoires  -  Ventes d'armes  -  Olivier Véran  -  

 

 

Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

 

Cellule Demeter, encore !

02/23/2020

"Infraction commise dans votre secteur" : enquête sur Demeter, la cellule de renseignement co-dirigée avec les syndicats agricoles

 

Le ministère de l'Intérieur vient de créer Demeter, un service de renseignement censé prévenir les agriculteurs des groupes activistes qui opèrent dans leur département. Originalité, cette cellule est dirigée en bonne intelligence avec les principaux syndicats agricoles, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs.
NDLR :
Le nom Demeter a été USURPÉ par le ministère de l'intérieur. Il ne faut pas confondre la cellule Demeter avec la très rigoureuse Association Demeter. Afin de dissiper toute ambiguïté, voir cet autre article du blog.

Des poulets gisant au sol, un cochon agonisant dans une benne, des rangées de poules en cage, visités par des personnalités comme le rappeur Stomy Bugsy ou le député LFI Bastien Lachaud... Ces images détonantes font partie des 40 vidéos volées dans des élevages intensifs par Red Pill, jeune association anti-spéciste qui revendique 40 millions de vues en un an d'existence. Comme elle, plusieurs associations ont fait monter crescendo, ces dernières années, la contestation contre les conditions d'élevage ou d'abattage – de la plus connue, L214, aux plus radicales, 269 Libération animale ou Boucherie abolition...

 

Lanceurs d'alertes pour certains, ces militants sont devenus, pour une partie du monde agricole, les figures honnies de l' « agri-bashing ». Ce concept fourre-tout englobe les critiques contre l'agro-industrie, les dégradations, conflits de voisinage ou agressions, généralement liés aux pesticides ou au bien-être animal dans l'élevage. Porté haut et fort par la FNSEA, il a été repris à son compte par le gouvernement. Qui a organisé une riposte au doux nom de « cellule Demeter », en l'honneur de la déesse grecque de l'agriculture et de la fertilité.

 

Mise en place le 3 octobre, cette cellule de la gendarmerie nationale centralise les informations sur les « atteintes au monde agricole ». Sans moyens supplémentaires, elle mobilise selon la gendarmerie « dix à quinze militaires » de divers services (sécurité civile, renseignement, police judiciaire et communication). Sont visés les actes « crapuleux », autant que ceux « de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercussions matérielles ou physiques ».

 

 

"C'est le ressenti qui compte"

 

Lors du lancement de la cellule Demeter, le ministre de l'intérieur Christophe Castaner a expressément pointé les intrusions dans les élevages. Ceux-ci ne représentent pourtant que 0,5% des atteintes au monde agricole : environ 70 cas en 2019, si l'on en croit la FNSEA, sur les 15 439 faits recensés par la gendarmerie. L'écrasante majorité sont des vols. « C'est la charge médiatique et le ressenti des agriculteurs qui comptent, bien plus que le nombre de cas », plaide Étienne Gangneron, éleveur bio et vice-président de la FNSEA. Le syndicat agricole ne cache pas son rôle derrière la création de cette cellule : « Il y a un ras-le-bol profond des agriculteurs face à ces actes délictueux, on voulait leur mettre un coup d'arrêt. C'est ce qu'on a demandé lors de rencontres régulières avec le ministère de l'intérieur », précise-t-il.

 

Sur le terrain, la cellule Demeter a donc permis de remobiliser les troupes autour des agriculteurs. En particulier des adhérents de la FNSEA et des JA (Jeunes agriculteurs), ces deux syndicats ayant, à l'exclusion des autres, signé une convention avec le ministère de l'intérieur. Celle-ci définit un travail en étroite collaboration, de la prévention - avec par exemple des conseils personnalisés pour mieux sécuriser son exploitation - au renseignement. Le texte dispose ainsi que gendarmes et syndicats agricoles « communiquent, de façon réciproque, régulière et simplifiée, des informations opérationnelles visant à anticiper la commission de faits délinquants ou de menaces pesant sur le secteur agricole ».

 

 

Dans la Sarthe, Annabelle Mélaine, animatrice à la FDSEA (fédération départementale de la FNSEA), explique ainsi être « en relation directe avec un référent de la gendarmerie, pour leur faire remonter des infos ou qu'ils nous renvoient eux-mêmes des infos des renseignements généraux ». « En janvier, on a par exemple reçu un message nous prévenant d'un risque d'intrusion de l'association DXE [ancien nom de Red Pill] », affirme-t-elle. La cellule Demeter doit en effet renforcer le dispositif « Vigi-Agri », par lequel la gendarmerie prévient des agriculteurs, par mail et SMS, « d'une infraction commise au préjudice de l'un d'eux » dans leur secteur. Dans la Sarthe, où ce dispositif n'est pas encore officiellement déployé, la gendarmerie n'a pas confirmé l'envoi de tels messages à la FDSEA.

 

 

"Castaner m'avait dit que tous les réseaux anti-spécistes étaient sous surveillance"

 

Dans l'Ain également, des agriculteurs ont témoigné avoir reçu un message quelque peu anxiogène de la gendarmerie : « Vigilance risque actions de mouvements animalistes radicaux perpétrés à l'encontre du milieu agricole », ont-ils pu lire sur leur téléphone, le 26 septembre à 23h41, dans un SMS photographié par des médias locaux. Un mois plus tard, Red Pill diffusait une vidéo sur le « claquage » de porcs dans un élevage du département – pratique consistant à tuer des porcelets malades ou chétifs en frappant leur tête contre le sol. Selon le député LREM Jean-Baptiste Moreau, peu avant le lancement officiel de la cellule Demeter début octobre, « Castaner m'avait dit que tous les réseaux anti-spécistes étaient sous surveillance ».

 

Dans le Bordelais, ce ne sont pas des éleveurs, mais une association écologiste qui s'étonne de ces nouvelles pratiques. Le président d'Alertes aux pesticides en Haute-Gironde, Henri Plandé, raconte : « Depuis novembre, les gendarmes m'ont téléphoné trois fois pour prendre des informations... Lors du dernier coup de fil, pour prendre rendez-vous avec moi, j'ai demandé : « c'est pour la cellule Demeter ? ». Il y a eu un blanc, puis il m'a répondu oui. Quand on s'est rencontré pour boire le café chez moi, ils n'ont pas non plus démenti... » Henri Plandé l'assure, son collectif né en 2014 n'avait auparavant jamais été sollicité de la sorte. Depuis, la gendarmerie a démenti tout lien avec Demeter, assurant qu'il s'agit du travail classique de prises de contact par les brigades locales. « On ne cible pas ce genre d'association, mais des groupuscules avec des modes d'action violents, comme des incendies ou des libérations d'animaux... », explique la gendarmerie nationale. Sans nier que cette cellule peut, localement, aiguiser la sensibilité des gendarmes à tout ce qui touche au monde agricole.

 

 

Anti-spécistes "terroristes"

 

Depuis la naissance de la cellule Demeter, de nombreuses voix - associations écologistes, militants des droits de l'homme ou chercheurs - ont dénoncé un dispositif jugé liberticide, susceptible d'intimider, voire de criminaliser la contestation de l'agro-industrie. Notamment car elle place dans le même sac les actes militants et ceux de droit commun. « [Cette cellule] va du trafic international de tracteurs à la petite délinquance et aux mouvements animalistes, anti-pesticides ou d'extrême-gauche... Je ne fais pas la différence, le gendarme est là pour constater toute infraction en loi pénale », explique Robert Kaufling, de la gendarmerie de la Drôme. Dans ce département, le préfet Hughes Moutouh, l'un des premiers à avoir mis en place une déclinaison locale de Demeter, a qualifié de « terroristes » les militants anti-spécistes.

 

« On voit une menace qui se resserre, une volonté de supprimer les images qui fâchent, au lieu de s'attaquer au vrai problème de l'élevage intensif. Alors que des pratiques effroyables, comme le broyage des poussins, seraient restées invisibles au public sans ces vidéos, s'insurge Béatrice Gothière, cofondatrice de l'association L214. Mais ce qui nous inquiète le plus, c'est de voir à l’œuvre le pilotage de la FNSEA. » Un autre syndicat, la Confédération paysanne, appelle de son côté à « écouter la contestation » qui point derrière l’étendard de l' « agri-bashing ». « La cellule Demeter mène à des dérives sécuritaires, et ce n'est sûrement pas comme ça qu'on trouvera des leviers de vivre ensemble dans les territoires, estime Nicolas Girod, son porte-parole. Avec ces mesures, on victimise les agriculteurs, on les radicalise, et on creuse le fossé entre le monde agricole et certaines attentes sociétales. »

 

 

Origine :

 

https://www.marianne.net/societe/infraction-commise-dans-votre-secteur-enquete-sur-demeter-la-cellule-de-renseignement-co?_ope=eyJndWlkIjoiNzA1MzBmNGI3NjNmMTYxN2NhZGY2NzNlZTZkNzYxYWUifQ%3D%3D

Demeter "C'est à lui de saisir l'opportunité de sa nouvelle fonction"