Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.

 

Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !

 

Abeilles  -  Actionnaires  -  Additif alimentaire  -  Aedes albopictus  -  Âge pivot  -  Agriculture bio  -  Alstom  -  Amandes  -  Amazon  -  ANDRA  -  Anonymat  -  ANSM  -  Arnaques  -  Aspartame  -  Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT)  -  Attal  -  La Barthelasse  - Nicole Belloubet  -  BLACKROCK  -  Blasphème  -  Bruno Le Maire  -  Bure  -  Agnès Buzyn  -  Camembert  -  Capitalisme  -  Cellule Demeter  -  Censure  -  Centrale nucléaire  -  Certification  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Chine  -  Chloroquine  -  Cigéo  -  Climat  -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  Confédération paysanne  -  Confinement  -  Conflit d'intérêts  -  Congé pour la perte d'un enfant  -  Conseil d’État  -  Contrat de travail  -  Copyright  -  Coronavirus  -  Cours d'eau  -  Ambroise Croizat  -  Darmanin  -  Déchets nucléaires  -  Jean-Paul Delevoye  -  Deliveroo  -  Démarchage téléphonique  -  Demeter  -  Gilbert Deray  -  Didier Desert  -  Dioxyde de titane  -  Dividendes  -  E 171  -  Empreinte carbone  -  Épargne  -  Espérance de vie en bonne santé  -  États-Unis  -  Fake news  -  Fièvre  -  FNSEA  -  Fonds de pension  -  François Salachas  -  Frontex  -  Gaza  -  Gendarmerie nationale  -  Glyphosate  -  Google  -  Greenpeace  -  Griveaux  -  Didier Guillaume  -  Hara-Kiri n° 73  -  Hôpital public  -  Soigner un hérisson  -  Hydroxychloroquine  -  IHU  -  Infiltrés  -  Inondations  -  Internet  -  Investissements -  ISDS  -  Islam  -  Israël  -  Justice d'exception  -  Lactalis  -  Lait cru  -  Laïcité  -  Larry Fink  -  Légion d'honneur  -  Lévothyrox  -  Yves Lévy  -  Libération  -  Libertés publiques  -  Loi Avia  -  Lois scélérates  -  Lubrizol  -  Luxfer  -  Emmanuel Macron  -  Mahjoubi  -  Malbouffe  -  Masques  -  Mediator  -  Médicaments  -  Merck  -  Migrants  -  Mila  -  Moustique-tigre  -  Mutilations génitales  -  Nationalisation  -  Néonicotinoïdes  -  Normandie  -  Onze septembre  -  Or  -  Oxygène  -  Pandémie  -  Paracétamol  -  Parti communiste français  -  Pensée politique  -  Pensions  -  Pénurie de médicaments  -  Perte de poids  -  Pesticides  -  Plantes médicinales  -  Plaquenil  -  Pollution  -   Valeurs perdues d'Edwy Plenel  -  Police aux frontières  -  Pollution  -  Porc contaminé  -  Privatisations  -  Prostate  -  Prud'hommes  -  Adrien Quattenens  -  Didier Raoult  -  Rats  -  Recherche médicale  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Réseaux sociaux  -  Ressources en eau  -  Retraites  -  Fabien Roussel  -  Santé naturelle  -  Sécurité sociale  -  Ségolène Royal  -  George Soros  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Sucre  -  Greta Thunberg  -  Thyroïde  -  Total  -  Travail dissimulé  -  Tricastin  -  Vaccins obligatoires  -  Ventes d'armes  -  Olivier Véran  -  

 

 

Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

 

Sérieux remontage de bretelles

02/26/2020

 Le docteur François Salachas interpelle sérieusement Emmanuel Macron en visite à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière

 

BFMTV en a fait état mais France 2 a comme qui dirait "oublié".

 

 

 


"Ce jeudi, Emmanuel Macron était en visite à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), là où la veille est décédé de ce virus le premier Français. Venu rassurer le personnel en contact avec les malades et accompagné du nouveau ministre de la Santé Olivier Véran, le chef de l’État a été interpellé par un neurologue. Une séquence forte captée par nos confrères de Franceinfo.


"On est au bout !"


"Je suis là parce que notre dernier espoir c’est vous". C’est par cette phrase que François Salachas, neurologue à la Pitié-Salpêtrière, a commencé son cri d’alarme. "Vous en tant que président, vous en tant que protecteur des citoyens, on est au bout. On est vraiment au bout." Un appel à l’aide qui a incité Emmanuel Macron à affirmer qu’il était là pour le personnel soignant. "Non ! Pour l’instant vous n’ êtes pas là (...) Prenez la main et donnez les moyens au ministre de la Santé, à Martin Hirsch (président de l'AP-HP, ndlr) derrière vous, donnez-lui les moyens de nous donner les moyens de soigner nos patients" a asséné le docteur Salachas, rappelant que le corps soignant dans son ensemble avait déjà fait beaucoup d’efforts.


"On ne peut pas se contenter d'effets d'annonces"


"Nous sommes au bout. On a un besoin d’un choc. Il paraît que vous aimez bien les chocs ? Un choc d’attractivité. Il faut absolument refinancer en urgence l'hôpital public. Je suis vraiment désolé mais c’est extrêmement important. Je suis pas là pour moi, vous avez compris ? Vous savez qui est derrière moi : l’ensemble du corps soignant. Et on ne peut pas se contenter d’effets d’annonces ! (...) C'est le moment opportun pour le président de la République d’agir, même dans une situation dont il n’est pas responsable. C’est maintenant !" a estimé le médecin face au manque de moyens de l'hôpital public et au ras-le-bol du personnel.


"Vous pouvez compter sur moi. L'inverse reste à prouver."


Après un échange entre les deux hommes sur la possibilité de travailler ensemble à résoudre ces problèmes, le médecin a conclu son intervention par une nouvelle alerte au président : "Vous savez, quand il fallait sauver Notre Dame, il y avait beaucoup de monde pour être ému. Là il faut sauver l'hôpital public qui est en train de flamber à la même vitesse que Notre Dame a failli flamber. Ça s’est joué à rien et là en ce moment ça se joue rien".

 

Face à ce cri d'alarme, le président de la République a demandé s'il pouvait compter sur la collaboration de son interlocuteur : "Oui, vous pouvez compter sur moi. L’inverse reste à prouver", a conclu le neurologue en piqûre de rappel. Ce jeudi soir dans Balance ton post (C8), Cyril Hanouna recevra justement un aide-soignant qui s'est entretenu avec Emmanuel Macron lors de cette visite à la Pitié-Salpêtrière.

 

 

Tiré des commentaires de cet article de Marianne :

Coronavirus Covid-19 : après le premier mort français, la maladresse de Véran qui alimente la psychose

 

 

 

Le droit citoyen à la transparence Lubrizol mis en examen