Le site photo de Jean-Jacques MILAN


Powered by X-Recherche

Dites-vous bien que mon potentiel d'indignation n'a pas de limite.

 

Vous trouverez ici, entre autres, des documents d'origines variées, polémiques ou non,

avec lesquels je ne suis pas toujours entièrement d'accord

mais qui posent de vrais problèmes

et sont susceptibles de vous faire réfléchir, réagir,

ou voter autrement la prochaine fois !

 

Abeilles  -  Actionnaires  -  Additif alimentaire  -  Aedes albopictus  -  Âge pivot  -  Agriculture bio  -  Alstom  -  Amandes  -  Amazon  -  ANDRA  -  Anonymat  -  ANSM  -  Arnaques  -  Aspartame  -  Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT)  -  Attal  -  La Barthelasse  - Nicole Belloubet  -  BLACKROCK  -  Blasphème  -  Bruno Le Maire  -  Bure  -  Agnès Buzyn  -  Camembert  -  Capitalisme  -  Cellule Demeter  -  Censure  -  Centrale nucléaire  -  Certification  -  Les chiats et leurs propriétaires -  Chine  -  Chloroquine  -  Cigéo  -  Climat  -  Clochemerle en France  -  Compteur Linky  -  Confédération paysanne  -  Confinement  -  Conflit d'intérêts  -  Congé pour la perte d'un enfant  -  Conseil d’État  -  Contrat de travail  -  Copyright  -  Coronavirus  -  Cours d'eau  -  Ambroise Croizat  -  Darmanin  -  Déchets nucléaires  -  Jean-Paul Delevoye  -  Deliveroo  -  Démarchage téléphonique  -  Demeter  -  Gilbert Deray  -  Didier Desert  -  Dioxyde de titane  -  Dividendes  -  E 171  -  Empreinte carbone  -  Épargne  -  Espérance de vie en bonne santé  -  États-Unis  -  Fake news  -  Fièvre  -  FNSEA  -  Fonds de pension  -  François Salachas  -  Frontex  -  Gaza  -  Gendarmerie nationale  -  Glyphosate  -  Google  -  Greenpeace  -  Griveaux  -  Didier Guillaume  -  Hara-Kiri n° 73  -  Hôpital public  -  Soigner un hérisson  -  Hydroxychloroquine  -  IHU  -  Infiltrés  -  Inondations  -  Internet  -  Investissements -  ISDS  -  Islam  -  Israël  -  Justice d'exception  -  Lactalis  -  Lait cru  -  Laïcité  -  Larry Fink  -  Légion d'honneur  -  Lévothyrox  -  Yves Lévy  -  Libération  -  Libertés publiques  -  Loi Avia  -  Lois scélérates  -  Lubrizol  -  Luxfer  -  Emmanuel Macron  -  Mahjoubi  -  Malbouffe  -  Masques  -  Mediator  -  Médicaments  -  Merck  -  Migrants  -  Mila  -  Moustique-tigre  -  Mutilations génitales  -  Nationalisation  -  Néonicotinoïdes  -  Normandie  -  Onze septembre  -  Or  -  Oxygène  -  Pandémie  -  Paracétamol  -  Parti communiste français  -  Pensée politique  -  Pensions  -  Pénurie de médicaments  -  Perte de poids  -  Pesticides  -  Plantes médicinales  -  Plaquenil  -  Pollution  -   Valeurs perdues d'Edwy Plenel  -  Police aux frontières  -  Pollution  -  Porc contaminé  -  Privatisations  -  Prostate  -  Prud'hommes  -  Adrien Quattenens  -  Didier Raoult  -  Rats  -  Recherche médicale  -  Réforme des retraites  -  Religions  -  Réseaux sociaux  -  Ressources en eau  -  Retraites  -  Fabien Roussel  -  Santé naturelle  -  Sécurité sociale  -  Ségolène Royal  -  George Soros  -  Steve, la faute du pouvoir  -  Sucre  -  Greta Thunberg  -  Thyroïde  -  Total  -  Travail dissimulé  -  Tricastin  -  Vaccins obligatoires  -  Ventes d'armes  -  Olivier Véran  -  

 

 

Fouillez donc dans ce joyeux désordre et n'hésitez pas à me faire part de vos pensées intimes !

 

L'engouement pour le lait d'amande entraîne une hécatombe d'abeilles

03/11/2020

Aux États-Unis, cinquante milliards d'abeilles sont mortes en seulement quelques mois.

Repéré par Robin Tutenges (Slate,

 

Beaucoup d'apiculteurs américains
signent des contrats avec les producteurs
d'amandes. | Joe Raedle / Getty Images
North America / AFP
 
Beaucoup d'apiculteurs américains signent des contrats avec les producteurs d'amandes. | Joe Raedle / Getty Images North America / AFP  

Aux États-Unis, l'industrie de l'amande connaît une croissance extraordinaire. Poussés par les ventes de lait d'amande (+250% en cinq ans), de gigantesques vergers d'amandiers sortent de terre, notamment en Californie. Cette expansion rapide, facilitée par l'utilisation massive de pesticides, n'est pas sans conséquence pour les milliards d'abeilles qui assurent la pollinisation des sites.

 

Pendant l'hiver 2019, une véritable hécatombe est survenue dans les ruches californiennes installées dans les zones de production d'amandes : cinquante milliards d'abeilles ont été anéanties en quelques mois, plus du tiers des colonies américaines –un record.

 

Scientifiques, apiculteurs et écologistes attribuent ce taux de mortalité extrêmement élevé à l'exposition des insectes aux pesticides. La recherche a notamment découvert qu'une classe de pesticides appelés néonicotinoïdes, désormais interdite en France, était particulièrement mortelle pour les abeilles.

Dans une course effrénée au rendement – la Californie fournit près de 80% de l'approvisionnement mondial en amandes - les exploitants agricoles utilisent pourtant ce type de produit chimique en très grande quantité.

 

 

Surexploitation

 

Chaque année, quelque 35 millions de livres [près de 16 millions de kilogrammes] de pesticides sont déversés sur les exploitations américaines d'amandes, plus que pour n'importe quel autre produit récolté.

 

L'un des pesticides les plus largement appliqués dans ces vergers est l'herbicide glyphosate (Roundup), dont l'usage est également très controversé en France. Il se révèlerait extrêmement nocif pour les abeilles et augmenterait les risques de cancer chez l'être humain.

 

En plus de la menace des pesticides, la pollinisation des amandes est très exigeante pour les abeilles. Elles sont réquisitionnées pour ce travail deux mois plus tôt que dans la nature, au moment même où elles sont censées être plongées dans un long sommeil hivernal.

 

Par ailleurs, la quantité de ruches nécessaire pour ces exploitations dépasse de loin celle des autres cultures. Les pommes n'utilisent par exemple qu'un dixième du nombre d'abeilles requises pour les amandes.

 

Cette concentration d'abeilles dans une même région géographique augmenterait de façon exponentielle le risque de propagation de maladies, comme celles véhiculées par l'acarien parasite appelé Varroa destructor.

 

Face à ces problèmes, les apiculteurs sont dans l'impasse. D'un côté, ils se battent constamment pour garder suffisamment d'abeilles pour remplir leur contrat de pollinisation avec les producteurs d'amandes; de l'autre, ils ne peuvent renoncer et quitter ce type d'exploitation dont ils sont financièrement dépendants.

 

Pour Nate Donley, scientifique au Center for Biological Diversity dans l'Arizona, les vergers d'amandiers sont un véritable abattoir à abeilles: «C'est comme si on les envoyait à la guerre. Beaucoup ne reviennent pas.»

Coronavirus, attention danger, mais pas celui que vous croyez 5 signes que vous êtes en train de faire un AVC…