Le site photo de Jean-Jacques MILAN

Annales  -  2020 - semaine 29 - du 13 au 19 juillet

---ooo000ooo---

 

 

2020

>>>>> décembre 2019

janvier :  01  -  02  -  03  -  04  -  05

février :  05  -  06  -  07  -  08  -  09

mars :  09  -  10  -  11  -  12  -  13  -  14

avril :  14  -  15  -  1617  -  18

mai : 18  -  19  -  20  -  21  -  22

juin :  23  -  24  -  25  -  26  -  27

juillet :  27  -  28  -  29  -  30  -  31
août :  31  -  32  -  33  -  34  -  35  -  36

septembre :  36  -  37  -  38  -  39  -  40              

octobre :  40  -  41  -  42  -  43  -  44

novembre :  44  -  45  -  46  -  47  -  48  -  49    

décembre :  49  -  50  -  51  -  52  -  53

 

 

 

18 juillet 2020

 

 

Reporterre  >>>>>

L'amnésie environnementale, clé ignorée de la destruction du monde

Le climat se réchauffe, la biodiversité s’effondre, mais il est pourtant difficile de prendre conscience de l’ampleur de la crise environnementale. La raison ? Notre amnésie environnementale. Analyse d’un mécanisme psychologique essentiel mais ignoré.

En fermant les yeux, on pourrait presque avoir l’impression d’être à la campagne. À une dizaine de mètres de la route principale, on peut encore entendre quelques grillons chanter dans les herbes hautes qui ont survécu à l’asphalte. De rares chardons griffent les pieds des passants. Le passage d’un poids lourd ou le bruit strident d’un avion au décollage ramènent cependant rapidement les visiteurs de la zone d’aménagement concerté (ZAC) des Tulipes à la réalité. Située dans le Val-d’Oise, à quelques kilomètres de l’aéroport du Bourget, cette zone industrielle s’étend sur près de 80 hectares. D’immenses entrepôts grillagés s’y étalent à perte de vue, entrecoupés par de longues artères bétonnés. Seul le ballet des camions et des voitures brise la monotonie du lieu.

Il y a un demi-siècle, l’aspect de ce terrain, situé à cheval entre Gonesse et Bonneuil-en-France, était pourtant bien différent. Un habitant de la commune voisine de Villiers-le-Bel, âgé de 64 ans, se rappelle les « millions et millions de tulipes » qui y poussaient dans son enfance. Avant que ces champs ne soient recouverts de bureaux et de bâtiments logistiques, il allait souvent y cueillir des fleurs, ou jouer à attraper des musaraignes. Mireille et son mari, artisans traiteurs à Gonesse, se souviennent également avec émotion de cette époque. « C’était impressionnant, raconte Jacques. À mon arrivée en 1979, ça m’avait fait drôle de voir des tulipes partout. » Des plantations de fleurs sur lesquelles elle a été construite, la ZAC n’a gardé que le nom. En à peine deux générations, ces champs de tulipes ont complètement disparu de la mémoire collective des riverains. À Gonesse, la plupart des adultes ont seulement vaguement entendu parler de cette période. Les adolescents, quant à eux, expliquent « ne rien savoir » sur le passé agricole de la ZAC.

 

 

Covid : l’immense majorité des soignants contaminés abandonnée, malgré les promesses solennelles   >>>>>

 

 

 

  Remaniement : ces copains qui gouvernent depuis 15 ans     >>>>>

 

 

17 juillet 2020

 

 

Reporterre  >>>>>

L'écologie n'est pas punitive, mais libératrice

Alors que les questions écologiques occupent une place centrale du débat politique, ses détracteurs caricaturent un « autoritarisme vert » ou encore des « élucubrations écototalitaires ». L’auteur de cette tribune s’attache à prendre le contrepied de ces expressions à l’emporte-pièce.

 

 

 

Le Média, video 55 min  >>>>>

  L'écologie ne peut pas être capitaliste 

La pandémie de Covid 19 a-t-elle fait avancer l’humanité ? Avons-nous pris conscience de notre fragilité en tant qu’espèce, de la fragilité de notre mode d’organisation notamment des chaînes de valeur mondiales, qui nous poussent à acheter en Chine des tongs qui seront portées dans la Creuse ? Sommes-nous plus soucieux de protéger la nature, le vivant, la biodiversité, tous les équilibres sans lesquelles les épidémies se multiplieront forcément ? Rien n’est moins sûr.

 

écologie

réchauffement climatique

criquet marocain

Dociostaurus maroccanus

locuste

Sardaigne

agriculture

sécheresse

 

Stimulées par le réchauffement climatique, des nuées de criquets dévastent la Sardaigne

Depuis le mois de mars, les criquets prolifèrent en Sardaigne, mettant à mal l’agriculture insulaire. Outre le dépeuplement des campagnes, le réchauffement et l’assèchement climatiques jouent un rôle dans cette infestation.

https://reporterre.net/Stimulees-par-le-rechauffement-climatique-des-nuees-de-criquets-devastent-la-Sardaigne

 

 

16 juillet 2020

 

 

« Le recyclage n'est pas seulement insuffisant, il peut être contre-productif »  Socialter  >>>>>

Dans « Recyclage, le grand enfumage - comment l'économie circulaire est devenue l'alibi du jetable », Flore Berlingen, directrice de l'association Zero Waste France, revient sur les différents mythes autour du recyclage, complice de la culture du « tout-jetable ».

Pendant des années, nous nous sommes contentés à Zero Waste France d’expliquer que le recyclage n’était pas suffisant. Aujourd’hui, nous constatons que ce discours n’est pas entendu. C’est pour cela que nous avons décidé de le pousser un cran plus loin et d’être beaucoup plus radical : le recyclage n’est pas seulement insuffisant, il peut être contre-productif – et donc dangereux – en nous épargnant des choix de société pourtant urgents. Il faut donc absolument porter cette critique. Car si nous constatons beaucoup d’améliorations, la perception du recyclage – de plus en plus présenté et utilisé comme argument de vente – reste très problématique.

 

 

15 juillet 2020

 

 

15 juillet -  Les pneus de voiture sont une source majeure de pollution océanique  Slate  >>>>>

Plus de 200 000 tonnes de minuscules particules de plastique émanant des pneus et des plaquettes de frein de nos véhicules sont emportées chaque année par le vent, des routes jusque dans les océans. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue Nature Communications et à laquelle le Guardian consacre un article.

L'équipe scientifique a utilisé deux méthodes pour estimer la quantité de particules fines libérées par les véhicules. Elle a ensuite mobilisé des modèles de circulation atmosphérique bien établis pour évaluer comment elles sont emportés par le vent à travers le monde.

 

écologie

climat

méthane

gaz à effet de serre

élevage

déchets

énergies fossiles

dérèglement climatique

Marielle Saunois

LSCE

Accord de Paris

GIEC

 

L'inquiétude monte autour du méthane, l'autre bombe climatique

Les émissions de méthane, un gaz à effet de serre très puissant, flambent à cause de nos modes d’élevage, du traitement de nos déchets et de l’extraction d’énergies fossiles. Ce phénomène amplifie considérablement le dérèglement climatique et ses conséquences.

https://reporterre.net/L-inquietude-monte-autour-du-methane-l-autre-bombe-climatique

 

 

13 juillet 2020

 

 

Remdesivir : permis de tuer, Hydroxychloroquine : interdiction de guérir  >>>>>

 Le combat du Remdesivir contre l’Hydroxychloroquine (HCQ), c’est un peu le symbole du combat de la médecine des revues, des institutions corrompues contre la médecine de terrain, celle des médecins généralistes, nombreux, qui sont au chevet des malades.

Le Remdesivir est une molécule coûteuse, propriété d’une compagnie pharmaceutique, Gilead. Dans la course au traitement miracle du COVID-19, Gilead essaie de remporter la palme car cela peut lui rapporter gros[1].

L’Hydroxychloroquine est une molécule libre de droit, passée dans le domaine public et très peu coûteuse. Autrement dit, bien que fabriqué au départ par une compagnie pharmaceutique, Sanofi, ce traitement ne rapportera rien à l’industrie et donc rien à tous les gens corrompus par elle.

Le combat du Remdesivir contre l’Hydroxychloroquine, c’est le symbole du combat de la médecine mensongère, la médecine des gros sous, contre la médecine factuelle, une médecine qui peut rapporter gros au malade (sa santé), sans rien coûter ou presque à la société.

 

 

 

 

2020

>>>>> décembre 2019

janvier :  01  -  02  -  03  -  04  -  05

février :  05  -  06  -  07  -  08  -  09

mars :  09  -  10  -  11  -  12  -  13  -  14

avril :  14  -  15  -  1617  -  18

mai : 18  -  19  -  20  -  21  -  22

juin :  23  -  24  -  25  -  26  -  27

juillet :  27  -  28  -  29  -  30  -  31
août :  31  -  32  -  33  -  34  -  35  -  36

septembre :  36  -  37  -  38  -  39  -  40              

octobre :  40  -  41  -  42  -  43  -  44

novembre :  44  -  45  -  46  -  47  -  48  -  49    

décembre :  49  -  50  -  51  -  52  -  53